Carte de vigilance météo

Cette grande propriété revestoise est à vendre

Grands espaces
Calme et verdure
Au pied du Mont-Caume
Vue panoramique sur le village
et la vallée de Dardennes



Cliquer sur l'image pour la voir en plus grand
Pour plus d'info, écrire au site
en cliquant là >>>

♖ Les AVR ont 30 ans !!!


30e Anniversaire des Amis du Vieux Revest

✮ Vieille Valette - La Vieille-Valette et Tourris


En 1790, Tourris fut rattaché partie a la commune du Revest, partie à celle de la Valette. Aujourd'hui, le domaine appartient à la famille de Gasquel. En face et au Sud du manoir, un chemin charretier, bien frayé, conduit à une dépression dans la tranche de melon, côté Nord. Là, on trouve cette espèce de col barré par un mur en pierres sèches, d'aspect primitif. Le. chemin tourne le long de l'apic, gagnant lé sommet du piton voisin où, parmi les pins d'Alep, gisent les ruines d'un village du moyen-âge : là VieilleValette, détruite pendant les guerres de religion. La tradition se maintient à la Valette de l'exode des habitants de la plaine vers ce refuge de la montagne à chaque alerte, qu'elle fut causée par les pirates de mer ou par d'autres gens de guerre.


L'enceinte médiévale est encore presque entière, ainsi qu'une des portes. Une tour carrée est juchée au plus haut de l'apic, c'est la reproduction, en moins bon état de celle de Penafort.  L'église, ou plutôt la chapelle (4 m. x 4 m.) est complètement effondrée, ce qui s'explique : elle est en dehors du rempart. Les constructions, à l'intérieur, ne sont du reste pas en meilleur état, et il est même difficile de retrouver, parmi les décombres, l'emplacement des ruelles de ce nid de hiboux.


Les archéologues ne se sont pas mis d'accord au sujet des origines de la Vieille-Valette. F. Moulin lui dénie toute origine préhistorique et ne cite pas même le mur en pierres sèches - dont nous avons parlé tout à l'heure. Notre ancien confrère, Z. d'Agnel, au contraire, a découvert dans la maçonnerie du rempart, eh partie éboulé à l'Est, des fragments de meules plates, en basalte, de tuiles à rebords et de poteries grossières, dont la présence, en cet endroit, ne s'explique que parce qu'ils étaient sur place, au moment où les ouvriers ont édifié le mur à chaux et à mortier. Quelle raison auraient-ils eue, en effet, d'apporter du dehors de tels matériaux, alors que la pierre à bâtir abonde sur place? La Vieille-Valette est donc au moins d'origine gallo-romaine.


La guerre de 1914-18 a exigé une telle exploitation des bois, que nous avons pu battre l'estrade autour de la station, mieux que ne l'avaient pu faire nos devanciers. C'est ainsi que nous avons découvert une toute petite enceinte, bien curieuse : elle mesuré seulement 8 m. de diamètre avec un mur circulaire d'un mètre d'épaisseur, en parfait état, à une seule ouverture, de 0 m. 50, à l'Ouest. Nous pensions à un soubassement de hutte, d'autant que nous avions recueilli, à quelques pas, un gros fragment de meule plate en basalte d'0llioule, quand pénétrant à l'intérieur, nous ne fûmes pas peu surpris d'y trouver le sol jonché d'énormes pierres de 20 à 40 kilogs, jetées là, sans ordre apparent, sur une épaisseur impossible à apprécier. Après réflexion, et y être retourné plusieurs fois, nous nous sommes arrêté à la solution que ce devait être là une sorte de citerne destinée à recueillir les eaux de ruissellement de la colline, car l'enceinte est juste au pli du terrain, et qu'on l'aura comblée à la suite de quelque accident en se ménageant la possibilité d'y recourir de nouveau, en cas de besoin.



Source : Bulletin de la Société d'études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguignan 1921 - Promenades archéologiques


Index |Info | Imprimer | PDF | Permalien