✮ Vieille Valette - De curieuses ruines


Plan de la vieille ValetteDu château (de Tourris), un chemin assez mauvais s'élève au flanc nord-ouest de la colline de Tourris à qui a fini par être donné le nom de "Vieille Valette" pour ce que l'on voit, à son sommet, des ruines ainsi désignées dans la région.



Que fut cette "Vieille-Valette" ? On en discute. Les préhistoriens dissertent sur une pointe de flèche en silex, trouvaille de M le Cdt Laflotte, les archéologies sur les tuiles à rebort et les meules en basalte, de M. Z. d'Agnel ... les historiens brandissent des textes ... Et la tradition fait de cette position haut perché - 471 m. - le refuge des populations menacées, détruit à la fin du XVIe siècle au cours des guerres de religion.


Allons-y voir :d'abord, parmi kermès, ronces, genets et cistes, le large intervalle gris d'un mur, ras du sol, sorte de rempart vraisemblablement préhistorique ou préromain ; vingt mètres plus haut, un autre moins large. Comme le sentier arrive à un col, à l'esplanade dégagée, au bord d'un à-pic, une première silhouette se dessine de la butte : un seuil à droite, entrée probable d'une enceinte dont on devine bien la ligne, en avant de ce seuilet tout contre, une pierraille circulaire indique l'emplacement d'une tour. L'enceinte contourne le mamelon et face au nord élève un grand mur de moyen appareil percé d'une large porte. Un peu en contrebas et en dehors de l'enceinte, une chapelle dont l'abside s'appuie sur un énorme bloc de rocher. Cette abside extérieurement plate, est, à l'intérieur en cul de four, avec ouverture à plein cintre au milieu.


Au-delà de l'enceinte qui court sud-nord sur environ 200 m., un chaos de murs émergeant de la broussaille jusqu'au sommet avec, planté au bord même de l'à-pic méridional, la ruine d'un donjon dont le mur est s'élève encore à près de trois mètres. Des roches plates, déclives, bordent le précipice, du seuil au donjon. A l'est, l'enceinte se termine par le demi-cercle d'un mur haut et épais qui parait fait de deux murailles édifiées l'une contre l'autre.


L'enceinte, longue ellipse renflée à l'Ouest et plus aiguë à l'est, n'a pas plus de 150 mètres dans ce sens et de 75 nord-sud.


Ce serait pour le promeneur peu de choses, si de ce sommet, il ne découvrait un admirable panorama, vers Hyères et ses îles, d'une part, vers Dardennes et Sanary de l'autre avec, en face, l'émouvant développement de la face septentrionale du Faron. Les crêtes sinueuses de la montagne toulonnaise courent ici sur quatre kilomètres, du Fort de la Croix Faron à la Tour de Beaumont, avec d'imposants à-pics qui, aux falaises du Grand-Baù -584 m.- n'atteignent pas moins de 170 mètres de hauteur. Au pied de la caserne du centre -541 m.- juchée sur son mamelon comme une pièce montée, se creuse le passage historique du Pas de la Masc -18 décembre 1793 .



par Louis Henseling in Zig Zag dans le Var, Tome 2, 1935-1955


Index |Info | Permalien | PDF