🏭 Industrie - La forge de Dardennes


Sources : Bulletin N° 61 de la Société des Amis du Vieux-Revest et du Val d'Ardène

En cours de rédaction


La forge de Dardennes en 1794

C’est dans le recueil des actes du Comité de Salut Public (Tome seizième – du 10 août 1794 au 20 septembre 1794) que nous prenons
connaissance, concernant l’avenir de la forge de Dardennes, d’un arrêté du 4 septembre 1794 de ce Comité :

  1. La fonderie de canons établie au Port-de-la-Montagne [Toulon] et celle qui se construit dans la commune de Marseille sont supprimées.
  2. Il ne sera conservé provisoirement au Port-de-la-Montagne que les fourneaux à réverbères, et le nombre de tours nécessaires à la  fabrication des boulets pour la marine des mêmes ouvrages, tels que vis, écrous, poulies, robinets, etc., employés au gréement et à  l’approvisionnement des vaisseaux.
  3. Les fourneaux, fosses à couler, autres que ceux nécessaires aux travaux désignés dans l’article précédent seront démolis, et il ne sera réservé au Port-la-Montagne que les usines et ouvriers reconnus d’indispensable nécessité au travail des mêmes ouvrages.
  4. La forge de Dardennes, sise à quelque distance du Port-la-Montagne, sera affectée à la fabrication de boulets, bombes et obus, et de
    fers pour l’arsenal de construction : toutes les réparations et augmentations jugées nécessaires à l’activité de cet établissement seront exécutées sans délai, et il y sera envoyé de la fonderie de Marseille les ouvriers reconnus nécessaires.
  5. La Commission des armes, poudres et exploitation des mines demeure chargée de l’exécution du présent arrêté.

Signé : FOURCROY


Index |Info | Imprimer | PDF | Permalien