Carte de vigilance météo

Cette grande propriété revestoise est à vendre

Grands espaces
Calme et verdure
Au pied du Mont-Caume
Vue panoramique sur le village
et la vallée de Dardennes



Cliquer sur l'image pour la voir en plus grand
Pour plus d'info, écrire au site
en cliquant là >>>

♖ Les AVR ont 30 ans !!!


30e Anniversaire des Amis du Vieux Revest

🏫 L'école au village - Une école idéale


Cette école, telle que je l'ai vécue, je crois que c'était l'école idéale.


Située au cœur du village dont elle faisait partie intégrante, elle était largement ouverte à la vie.


Le souvenir d'un bon gros chien-loup accompagnant ses petits maîtres à l'école m'est encore agréable à évoquer aujourd'hui. Les matins d'hiver, nous faisions la ronde avant d'entrer en classe, pour que les élèves se réchauffent, car je vous l'ai dit, certains venaient de loin. Et le chien faisait la ronde avec nous : il courait derrière les enfants, s'arrêtant quand la ronde s'arrêtait, repartant de plus belle quand la ronde repartait. Et visiblement, il riait (mais oui, les chiens heureux rient) et il était visiblement heureux. Une fois les enfants - -ses enfants - rentrés,il s'en retournait chez lui, avec la satisfaction du devoir accompli : il les avait surveillés jusqu'à ce qu'ils les sente enfin en sécurité dans la classe.


Nous avions aussi un chat, une petite chatte noire que j'avais recueillie au pied du tilleul. C'était encore un chaton, et de ce jour, elle ne m'a plus quittée, dix-sept années durant. Elle nous a rendu au centuple tout l'amour que nous lui avions donné. Tous les matins et tous les après-midi, elle venait en classe avec moi. Dès que les enfants entraient dans la cour, tout ce remue-ménage l'inquiétait un peu, alors elle sautait sur le mur et assistait au spectacle d'en haut. Lorsqu'ils étaient en rang pour rentrer, rassurée par le calme enfin revenu, elle descendait de son perchoir, se mettait la dernière dans le rang, emboîtait le pas aux élèves et entrait en classe avec eux.


Sa place était au coin de mon bureau. Elle n'en a changé qu'une fois. S'étant prise d'amitié pour un élève, elle allait s'asseoir à la place restée libre à côté de lui. Un jour, en entrant, il me dit :

- Madame, est-ce que je peux changer de place ?

- Pourquoi, lui répondis-je ?

-Parce que mon Papa m'a dit que le chat, c'est pas moi qu'il vient trouver, c'est la place qui lui plait, voilà tout. Alors je veux savoir qui est-ce qui a raison de mon papa ou de moi.


Et il est parti s'installer tout au fond de la classe. J"ai commencé ma leçon, oubliant le chat comme d'habitude, quand tout à coup un cri de joie éclata dans le silence :

- Madame ! Madame ! le chat est venu s'asseoir à côté de moi ! Je savais bien que c'était pour moi qu'il venait.


Et je crois bien que c'était vrai.



Texte manuscrit d'Yvette Roché pour l'exposition de 1988 sur les photos d'école au Revest.
Source : bulletin n°8 de 1988 de la Société des Amis du Vieux Revest et du Val d'Ardène



Index |Info | Imprimer | PDF | Permalien