Carte de vigilance météo

Cette grande propriété revestoise est à vendre

Grands espaces
Calme et verdure
Au pied du Mont-Caume
Vue panoramique sur le village
et la vallée de Dardennes



Cliquer sur l'image pour la voir en plus grand
Pour plus d'info, écrire au site
en cliquant là >>>

♖ Les AVR ont 30 ans !!!


30e Anniversaire des Amis du Vieux Revest

🐦 Le Pigeonnier - De quand date le pigeonnier ?


L'histoire locale est muette à ce sujet. Selon les données de l'histoire des pigeonniers en France, sa construction date du Moyen-Âge. Il ressemble à ceux de cette époque qui avaient, le plus souvent, une forme cylindrique. Le droit de construire et d'entretenir un  pigeonnier était réservé aux seigneurs. Une ordonnance de 1368 regarde le droit de colombier comme un attribut féodal. Tous les châteaux en possédaient un. Sa possession, à cette époque, était la marque d'une certaine puissance. Le pigeonneau étant un mets de choix, le seigneur s'en réservait la possession. On peut estimer aussi que le seigneur récupérait ainsi le blé dont sont friands les pigeons. Au passage notons que la carte agricole de France montre une plus forte densité de pigeonniers dans les régions qui cultivent le blé.


La possession d'un pigeonnier était réglementée. Le nombre de nids dans 1'édifice (niches ou boulins) devait être proportionnel au nombre d'arpents que possédait le seigneur (arpent: 30 à 51 ares selon les régions). Mesure de protection de la récolte ; en effet, un pigeon consomme environ six fois son poids journellement Il fallut attendre l'abolition des privilèges par la Révolution de 1789 pour que la possession d'un pigeonnier ne fût plus l'apanage des seuls seigneurs. L'article II du décret du 4 août 1789 qui en décidait ainsi apportait quelques mesures restrictives sur l'exploitation de cet élevage. Les colombiers devaient être fermés à certaines époques de l'année. La mesure subsiste toujours puisque ce sont maintenant les préfets qui sont chargés de la faire appliquer, après avis du Conseil Général, pour protéger les moissons, selon la loi.


Décret du 11 août 1789, concrétisant les décisions de la nuit du 4 août


Art. 2. Le droit exclusif des fuies et colombiers est aboli. Les pigeons seront enfermés aux époques fixées par les communautés durant lequel temps, ils seront regardés comme gibier, et chacun aura le droit de les tuer sur son terrain.


Carte de Cassini 18e siècle

Le pigeonnier du Revest n'a pu appartenir qu'au seigneur du Revest ou aux co-seigneurs. Peut-être l'occupant du Castrum, puis celui du Château construit en 1579. Sa construction ne donne pas d'éléments fiables pour le situer exactement dans le temps. Il a subi des restaurations - quelques tessons de briques dans la construction en témoignent. L'encadrement de la porte d'entrée comporte des pierres à bossage, comme la Tour Sarrazine, ce qui le daterait du 14éme siècle. En 1750, Cassini, qui vint au Grand Cap, le porta sur sa carte, la plus ancienne de France conçue scientifiquement Le propriétaire actuel est la commune du Revest. Il est cadastré en section D sous le numéro 145. Le monument est classé. Monsieur Sauvaire, maire du Revest, a écrit au Président du Syndicat d'Initiative, le 14 février 1969. "Le pigeonnier féodal n'est pas protégé au titre des Monuments historiques, mais au titre des Sites et des Monuments naturels" Le classement date du 8 juin 1937.



Index |Info | Imprimer | PDF | Permalien