⚒ Tradition - Le goudron


Sur la commune du Revest, à Tourris, il existe un lieu appelé "Le Goudron". Malgré de nombreuses interrogations des habitants du village, personne n'a pu apporter la raison de cette appellation. On en est réduit à des hypothèses. Étant donné qu'il ne peut s'agir de produits pétroliers, ce goudron était-il issu de la sève des arbres ? Auquel cas il s'agirait de production de poix. Mais voilà ! il n'y a pas de vestiges, pas d'écrit et pas de mémoire populaire.


UNO ENGUENTIERO

L'appellation "four à cade" est plus connue, plus facile aussi à retenir que le terme provençal enguentiero (une enguentière). Le dictionnaire Lou Pichot Tresor nous dit qu'un onguent se dit enguènt et que le verbe "enguenta" signifie "frotter avec un onguent, marquer les bestiaux avec de la poix". Mais le mot enguentiero n'est pas dans le dictionnaire cité. Le docteur Porte évoque l'enguentiero et l'enguentié (celui qui travaille au four à cade) dans son livre Fours à cade éd. Les Alpes de Lumière. Le latin employait déjà le mot unguentum pour désigner un parfum liquide, une huile parfumée. L'huile de cade dégage bien une odeur mais ce n'est pas un parfum comme on l'entend de nos jours; odeur de goudron chaud plutôt (voir ci-après l'article "goudron".


Détail du four à cade


HUILE DE CADE, POIX GOUDRON, BRAI.

Quelles sont les différences ? Huile de cade et poix sont des goudrons obtenus par la distillation. Cette opération chimique consiste à séparer les principes volatils et les principes fîxes d'une substance. Celle-ci est placée dans un vase (cornue) exposé à ia chaleur.


LE GOUDRON

Ce mot évoque uniquement, pour la plupart des gens, le revêtement routier. On dit aussi bitume qui est aussi un goudron puisqu'il provient de la distillation du pétrole (d'autres méthodes sont aussi employées ; rappelons que le bitume se trouve aussi à l'état naturel). Goudron est l'appellation qui désigne toute substance liquide, huileuse, visqueuse" obtenue par distillation sèche d'un grand nombre de matières organiques. De couleur brune ou noire, elle dégage une odeur empyreumatique c'est-à-dire âcre, désagréable, due à l'action violente du feu sur ces matières. La houille distillée donne du gaz d'éclairage et du goudron. Tout bois distillé produit un goudron végétal ; l'huile de cade et la poix sont des goudrons de bois. la première vient du genévrier cade, l'autre du pin.

En provençal, goudron se dit quitran, le mot vient de l'arabe qoutran (ou qatran); on le trouve écrit en français dès le 13è*" siècle sous la forme catram, puis gotran en 1381, et goudran au 17e siècle.


LA POIX

C'est la pego des Provençaux. Et la pegoulo, c'est Ia résine. D'où sont dérivés un certain nombre de mots comme pegouliero. la fabrique de poix, mais aussi l'embarcation portant les chaudières à brai (voir l'intéressant article qui traite de ce moyen de transport dans l'arsenal de Toulon). L'ouvrier de cette fabrique c'est le peqoulie ou pegouiiero. Il existe aussi le mot pego qui désigne un cordonnier (son fil est enduit de poix). Prendre une pego c'est s’enivrer ; qui n'a pas entendu l'expression "être empégué" (verbe empega) de quelqu'un qui manifeste son abus de libations. On ne saurait oublier, pour terminer cette énumération, une autre expression locale "ça pègue". Il existe diverses sortes de poix. De la résine (galtpot) obtenue par gemnage des pins, comme cela se pratique dans les Landes et dont on peut voir des vestiges dans notre région, on tire la poix par divers procédés industriels. La poix noire c'est ce goudron qui provient de la distillation de menus bois dans les pégoulières (les fours à poix).

LE BRAI

Le brai est un résidu pâteux provenant de la distillation de la résine, du goudron ou du pétrole Les calfats utilisent le brai pour rendre imperméable l'étoupe du calfatage des coques en bois.


La sève des arbres et son utilisation

La sév des arbres et son utilisation



Références : Dictionnaires dont Lou Pichot Tresor, Les fours à cade (Dr Porte)

Prononciation : e provençal se dit é ; o final est presque muet.


Source : Roland Vernet - Bulletin N°42 de la Société des Amis du Vieux Revest et du Val d'Ardène



Index |Info | Permalien | PDF