☨ La Résistance sous l'occupation allemande - Discours de Gérard Jouvence le 20 août 2018


20 août 1944 - 20 août 2018

Commémoration de la libération du Revest
par Gérard Jouvence, président de l'association des anciens combattants du Revest


Au nom des ANCIENS COMBATTANTS DU REVEST je remercie toutes les autorités civiles, militaires et religieuses, toutes les personnes présentes ainsi que les enfants qui participent aux cérémonies de la libération du REVEST.

Cela nous permet de maintenir le devoir de mémoire en ce jour du 74ème anniversaire de la libération de notre village, devant la Stèle commémoratif 3ème R.T.A- F.F.I LE REVEST LES EAUX.

Stèle haute de 3m de haut légèrement vrillée vers le haut d’une épaisseur de 0.60 conçue et réalisée par le sculpteur Christian CEBE en pierre de calcaire dolomitique.

 

 

Photo René Vernet

 

Sur la face principale : Insigne du 3° R.T.A et Croix de LORRAINE.

Au dos :

  • Une plaque de bronze, symbole des armes de la force militaire.
  • Une plaque de fer symbole de dureté représentant l’opiniâtreté.
  • Une plaque d’aluminium symbole de la technologie, métal léger utilisé pour les carlingues d’avion.

L’ensemble est entouré d’un lien métallique symbolisant l’amitié et la paix.

 

Au REVEST nous ne pouvons commémorer la libération de notre village sans y associer Messieurs CAMOLLI et MORETTI.

Le 30 mai 1971 Monsieur Louis CAMOLI président FFI du secteur du REVEST des Comités Locaux de la Libération du Var s’est éteint à l’âge de 68 ans.

Le 10 février 2013, son Vice-président, Monsieur Dominique MORETTI, nous quitté à l’âge de 93 ans.

 

Le 20 août 1944 « jour J » tant attendu depuis quatre ans, le village du REVEST allait connaître une journée historique et retrouver l’espoir et la joie de vivre, grâce à la participation du groupe du secteur TOULON-NORD et de leurs frères d’armes, les valeureux soldats de la 1èrearmée française, venue d’Afrique.

 

Après le débarquement sur les plages de Normandie le 6 juin 1944, le commandement des forces alliées décide d’un autre débarquement en Provence, le 15 août 1944, pour ouvrir un deuxième front en France et prendre les forces allemandes en tenaille.

 

Ce sont ainsi 94 000 soldats français et américains et 11 000 véhicules qui, il y a tout juste 74 ans, ont débarqué entre le Lavandou et St Raphaël, avec comme objectif la libération de Toulon puis de Marseille.

 

Dès le 14 août, la Résistance avait été avisée du débarquement par Radio Londres, au travers des messages codés suivants : « Le chasseur est affamé » et « Nancy a le torticolis ».

 

Si un objectif du débarquement en Provence était de créer un nouveau front, ce plan incluait aussi de détruire la XIXe armée allemande, qui avait pour charge la défense du sud-est de la France. Les 3e et 45e divisions américaines avaient pour objectif de pousser vers la vallée du Rhône, alors que l'armée française de la Libération avait la charge de libérer les ports de Toulon et Marseille.

 

Afin d’accompagner et de faciliter l’action des troupes débarquées, la Résistance s’organise et dès le 16 août 1944, Monsieur LAGIER sur proposition du Comité de Résistance désignait Le Commandant FELCE comme Commandant du groupement des FFI du secteur «LE REVEST DARDENNES ».

 

Dès le lendemain, guidé par Monsieur LAGIER, Le Commandant FELCE pris contact avec les chefs de groupe et commença à préparer l’action de ces groupes.

 

Le groupe LE REVEST-DARDENNES devant assurer plus particulièrement les missions suivantes :

  • Surveiller les éventuels parachutages d’armes et d’hommes sur le plateau et les environs de Siou-Blanc ;
  • Assurer le cas échéant le transport de ces armes ;
  • Fournir toute assistance aux personnes parachutées ; Empêcher la destruction du remblai du chemin de G.C. n°46 au lieu dit « Dardennes » et celle du pont de St Pierre, la destruction de ces divers ouvrages pouvant être une cause de gêne pour le mouvement des troupes alliées.

 

Le 19 août au soir, après 4 jours de combats visant à assurer la tête de pont du débarquement, les premières troupes alliées arrivent sur le plateau de Siou Blanc et opèrent la jonction avec les 115 hommes du Commandant FELCE.

 

Ces derniers, répartis en 5 groupes, vont participer activement à la libération du Revest et à la progression des alliés vers Toulon.

 

Le groupe CAMOLLI : (LE REVEST) qui assurait depuis le 5 août la surveillance du plateau de Siou-Blanc, a été le premier à se porter à la rencontre de 1er bataillon R.T.A qui progressait vers le REVEST. Il leur a servi de guide, particulièrement dans la partie ouest de TOULON, Louis CAMOLLI et quelques hommes étant plus particulièrement attachés à l’autorité militaire.

Le reste du groupe a été placé sous la direction de Dominique MORETTI (ces hommes seront désignés sous le vocable Sous-groupe MORETTI). Le 20 août, le sous-groupe MORETTI a exercé une surveillance du territoire de la commune et dès l’apparition des premières troupes, s’est joint à elles pour engager l’action et surtout pour leur servir de guides. Le contact avec l’ennemi a été pris au nord du village. Quatre soldats allemands se trouvant dans le village ont été blessés et fait prisonniers. Ensuite, les troupes ont été guidées vers la tour où les allemands avaient installé un poste de guet pour protéger le nid de mitrailleuses placé au Colombier, dominant le barrage et la route reliant LE REVEST au C.G.G n° 46. Le sous-groupe MORETTI a pris une part active à l’action menée contre la position allemande du Colombier. Il a également attaqué un camion allemand sur la route du barrage. Tous les occupants du camion ont été tués et le véhicule chargé d’armes a été récupéré.

Dès le 21 août MORETTI a pris contact avec le P.C. des troupes françaises installées au REVEST dans la propriété du Docteur MOUTTET. Le sous-groupe MORETTI est dès lors employé :

  • au barrage des routes ;
  • au convoyage des prisonniers ;
  • au ravitaillement de la population du REVEST ;
  • à la police du village du REVEST et des voies de communications ;
  • à fournir des guides aux troupes dans toute la région.

 

 

Photo Amis du Vieux Revest

 

Les 52 hommes du groupe CAMOLLI et du sous groupe MORETTI ont enfin fourni des guides aux troupes opérant dans la région Nord du REVEST au moment de leur progression et ont fait des battues dans les régions broussailleuses de Fierraquet, Tourris et la Tourrevelle.

 

Le groupe RENÉ : (DARDENNES) plus particulièrement désigné sous le nom de groupe BARTOLI, était quant à lui composé de 11 hommes. Ce groupe avait, avant l’arrivée des troupes alliées, participé aux différentes opérations de surveillance parachutages éventuels, transport d’armes et de munitions. Le dimanche 20 août, il est placé plus particulièrement sous les ordres directs de BARTOLI et reçoit une mission très délicate et dangereuse : s’opposer par tous ses moyens à la destruction du remblai au hameau de DARDENNES sur le chemin de G.C.n°46.. Une équipe de surveillance postée près de ce chemin avait en effet rapporté la présence d’une équipe d’amorçage allemande protégée par une quarantaine de soldats et trois voitures allemandes dont deux blindées.

A ce moment les troupes françaises avaient déjà attaqué le REVEST et progressaient vers DARDENNES. A 12 heures, au moment où l’équipe d’amorçage se mettait au travail, le groupe BARTOLI, amené sur les lieux sans être vu et bien qu’en nette infériorité numérique, a engagé l’ennemi et tué trois allemands. Sous la pression des armes automatiques, du détachement de protection, le groupe a décroché et gagné les pentes de la colline. Les allemands, probablement incertains sur l’effectif des attaquants, ont continué le feu quelques instants, puis se sont repliés et ne sont plus revenus. Durant toute l’après-midi, le groupe a eu de nombreux accrochages avec les patrouilles allemandes.

Dès que le chef de groupe s’est rendu compte que le hameau de DARDENNES était occupé par les troupes françaises, le groupe s’est faufilé à travers des patrouilles et des postes allemands et a pris contact avec le commandement français. Vers 21 heures le chef de groupe a envoyé 3 hommes pour faire le ravitaillement, lors de cette mission, ils ont eu un accrochage avec une patrouille allemande, l’un d’eux, le jeune Gérard BARCE a été tué sur le coup ; un deuxième (CAMPANA) a été blessé.

 

Le groupe DIONISI : (DARDENNES) le dimanche 20 août vers 10 heures, ce groupe de 22 d’hommes a été en contact avec l’ennemi sur la route du barrage et a tué trois allemands. A 13 heures il est entré en relation avec les troupes françaises et dans l’après midi, en accord avec Le Commandant du détachement, a attaqué la boulangerie allemande installée à DARDENNES. Les FFI ont fait irruption dans la boulangerie par la porte nord et se sont emparés des locaux. L’ennemi a eu 1 blessé et 7 prisonniers ont été fait.

 

Le groupe LÉON : (DARDENNES) composé de 16 hommes qui opéraient sans armes, il a surtout été employé au nettoyage de la colline dans la partie comprise entre la bifurcation Nord du chemin Barthélemy FLORENT, le hameau de DARDENNES et le mont FARON. Le 20 août ce groupe avait eu pour mission de récupérer des explosifs dont la présence avait été signalée à la carrière de l’Octroi. Après exploration du terrain, le transport de ces explosifs a été jugé impossible étant donné la présence de nombreuses patrouilles allemandes. Les 20 et 21 août, ce groupe a participé à l’extinction des incendies à proximité des maisons d’habitation, parfois même sous le feu de l’ennemi. Le 22 août, vers 21 heures, 2 hommes du groupe ont servi de guide à un détachement de troupes françaises désigné pour transporter de l’eau à la tour BEAUMONT.

 

Le groupe des jeunes CHAMBARDON : (DARDENNES) était composé de 11 hommes. A cet effectif on peut joindre une vingtaine de volontaire du REVEST sans armes mais susceptibles d’être employés à diverses missions.

 

Parallèlement à l’action de ces groupes, les éléments du 3ème RTA, guidés sur les pentes de FONTANIEU par les FFI, rejoignirent ceux qui avaient contourné le MONT CAUME pour investir les POMETS et par la suite l’usine hydraulique de Saint ANTOINE et la poudrière Saint PIERRE.

Pendant ces opérations deux F.F.I Monsieur BARCE Gérard le 20 août et Monsieur CHAILLOUX Lucien le 24 août ont été tués, un F.F.I Monsieur BELLEGARDE a été porté disparu probablement tué et deux F.F.I blessés Monsieur CAMPANA François le 20 août et Monsieur PARNIERE Jean le 18 août.

Pendant les combats de la prise de la Poudrière, du Faron nord et du château de la Ripelle, les ordres étaient donnés par le Général de LATTRE DE TASSIGNY et le Colonel de LINARES, depuis le poste de commandement, établi dans la propriété du Docteur MOUTTET, au REVEST.

Tous ces hommes ont, à leur niveau, contribué les 20 et 21 août 1944 à l’écriture d’une page intense et glorieuse de l’histoire du REVEST, mais également de l’histoire nationale, ayant contribué à l’avance, pénible mais victorieuse, des libérateurs vers Toulon.

 

Qu’il nous soit permis de témoigner notre gratitude à ceux qui ont écrit cette page d’histoire.

Je ne voudrais pas terminer sans citer la composition du comité local LE REVEST les EAUX des Comités Locaux de Libération du VAR Messieurs CAMOLI Louis, MORETTI Dominique, GRAZIANI Dominique, POCH René, CAMOLI André, REBOUL Marius, MUSQUIN Antoine, BERNARD René, CRUCIANI, FERAUD Henri et madame IVALDI Angèle

 

Ne finissons pas cette cérémonie, sans avoir une pensée émue et affective pour ceux qui sont tombés pour que vive la France, sans oublier les victimes civiles.

A ces héros disparus, à ces familles endeuillées, nous adressons notre profonde sympathie et notre plus grand respect.

 

Vive la Liberté ! Vive la République !

Vive la France ! Vive le REVEST !




Index |Info | Permalien | PDF