🎭 La maison des Comoni - Ce bon Docteur Godart !


Ceux qui ont décidé de la construction et de la destination de la Maison des Comoni, interrogés aujourd’hui, se défendent toujours du fait que la construction n’ait pratiquement rien coûté aux Revestois. Comme pour s’en défendre encore et ne pas ajouter un reproche de plus à l’encontre de cette salle dont l’objet même, un lieu hautement culturel, divisait tant les élus de l’époque et les villageois.


Dans sa lettre ouverte du 1er novembre 2004, JC. Grosse donne des chiffres sur le coût de l’investissement :
« La Maison des Comoni

Combien a-t-elle coûté ? 10MF

Le bâtiment : 7,50MF :
Dont 5MF de la Mairie du Revest (3MF de legs du docteur belge Godart plus 2MF par vente de 2 terrains communaux. Donc rien, à partir des impôts des Revestois

Dont 2,50MF par emprunt auprès du Conseil Général du Var, déjà remboursé.

L’équipement : gradins, pont technique, son, lumière, plateau, tapis, rideaux… : 2,50MF
dont 2,40MF de la Région et de la DRAC
0,10MF de la Mairie du Revest »

J. Fenassile ne contredit pas ces chiffres :

« La construction dépendait de la mairie et des subventions obtenues auprès du Conseil Général et de l’État. L’équipement n’a rien coûté aux Revestois. L’État, le Conseil Général et le Conseil Régional sont intervenus. Les Revestois ne peuvent pas me reprocher le coût de l’équipement. Et puis j’ai joué le mauvais rôle car j’avais toujours un œil sur les finances. Par la suite on a négocié une convention avec le Conseil Général, le Conseil Régional et l’État pour le fonctionnement.

Moi, j’étais là pour faire rentrer nos moyens dans le budget, et la carrière nous rapportait moins. 600.000F tous les ans mais ça n’a pas pesé sur les impôts des Revestois. »

Pour les détails des dépenses d’investissement, les bulletins d’information communale nous donnent quelques repères.
Le premier devis estimatif des architectes en mars 87 donne le chiffre de 4.890.000 F (info communale n°16)

Plus loin dans le même numéro on apprend que la vente des terrains de Fontanieu  a rapporté 1.084.200 F. (2 lots de 2500m2 à 200F le m2 (ce qui fait aujourd’hui 30.49€ !).

Pour la petite histoire un article paru dans le numéro 18 de septembre 1987 vante les mérites des terrains à vendre :
« Le seul ennui est son coût (de la salle) mais sans un peu d’audace on n’arrivera jamais à rien. Le permis de construire est déposé et pour aider au financement, nous avons mis en vente deux terrains constructibles situés à Fontanieu, plein sud, face à la mer et au niveau de la Tour de l’Hubac.

Dans le cas où quelqu’un de votre entourage de vos connaissances serait intéressé, conseillez-lui de prendre l’attache à la Mairie. Le prix de vente est fixé à 200 Francs le m2 et la salle polyvalente verra donc un peu le jour, grâce à vous tandis que votre parent ou votre ami possèdera un terrain magnifique à la vue imprenable. »

Avaient-ils peur de ne pas avoir d’acheteurs ?


Le n° 22 de sept 1988 présente le budget supplémentaire de la commune.
En section investissement (recettes) nous trouvons
-  vente de terrain pour 1.060.500F

- Legs Godart et  supplément legs Godart : 1.018.649F


Mais qui est ce généreux donateur ?

Un médecin belge qui a légué une belle somme à la commune en 1986 ou 1987 (la date est à préciser) sous forme d’obligations notamment,  puisqu’il est noté dans  le bulletin n° 17 de juin 1987, que la commune demande au notaire luxembourgeois de ne pas vendre les 262 000 F d’obligations non encore vendues et de les transférer à la commune compte tenu de leur rapport entre 12 et 16%.

Pour information, le brave docteur Godart n’a pas de plaque sur la maison des Comoni qu’il a pourtant contribuée à construire mais la rue partant de l’ancienne poste et rejoignant la rue Gabriel Péri porte son nom.


Et en ce qui concerne les subventions, le n°30 de mars-avril 1990 apporte les éléments suivants :

« En plus des subventions pour l’équipement de la salle qui sont inscrites au budget, le Conseil Régional s’est engagé à verser 700.000F en 2 ans qui permettront le remboursement de l’emprunt à court terme prévu pour les travaux de voirie. Au total des subventions d’équipement de la salle (conseil général : 600.000F, Ministère des Affaires Culturelles 150.000F, Conseil Régional 170.000F (soit les 920.000 F figurant au budget) l’ajout des 700.000F à venir porte à 1.620.000F l’ensemble des subventions perçues pour une dépense de 1.780.000F, ce qui est particulièrement intéressant. »


Il n’est guère possible d’entrer davantage dans les détails en l’absence des documents complets mais on peut conclure qu’en effet la construction et l’aménagement de la Maison des Comoni ne pesèrent que très peu sur les finances de la commune.

Il en allait autrement des dépenses de fonctionnement.


Outre les divergences entre élus sur les choix culturels, le coût annuel du fonctionnement de la salle constituait sans doute le fond des reproches adressés tant aux élus qu’aux gestionnaires de la Maison des Comoni.
Les subventions de fonctionnement venaient de la commune, du Conseil Général, du Conseil Régional et de l’Etat.
La carrière du Revest apportait une manne bien confortable tant que l’activité était florissante.
J.Fenassile explique que cette volonté culturelle a certainement pesé sur sa défaite aux élections de 2001.
« et la carrière nous rapportait moins. (…) Il y avait vraiment une cassure avec les Revestois.

Ça a joué dans ma défaite. J’ai toujours porté cette culture. Mon ambition pour le village c’était  la culture, c’était porteur pour l’image du village comme pour l’éducation des jeunes. C’est par la culture que ça commence. La culture c’est un beau partage. L’élément important de la vie en société… Les monnaies c’était aussi les racines du village. On frappait monnaie au village ! C’était l’identité du village tout comme la chasse peut l’être aussi. Je voulais être fière de mon village».


Index |Info | Permalien | PDF