⌘ Préhistoire - Habitat préhistorique du Revest et de la vallée de Dardennes




Source : Article de Jean-Baptiste Joubert, membre de l'Académie du Var, publié par la société des Amis du Vieux Revest-et du Val d'Ardène - bulletin N°11 – mai 1989


La commune du Revest et ses abords immédiats comptent un ensemble de grottes et sites qui recèlent des traces importantes d'un habitat humain préhistorique. Les grottes du Mont Combe et de la Ripelle ont été fouillées principalement par Mr René GÉRARD pendant les années 1940-42 et ont livré un outillage lithique, c'est à dire des silex travaillés dans un but utilitaire (pointes de flèche, lames, grattoirs), de la céramique et des objets de parure (pendeloques, perles) des âges du Bronze, du Chalcolithique (cuivre), du Néolithique et deux pointes de technique solutréenne.


J'ai moi-même fouillé, après d'autres, en 1964, l'oppidum de Tourris et les grottes de la Vieille Valette, dont le "Trou de Gaspard", situé sur la commune de la Valette, mais en limite des deux communes: ils se sont révélés relativement pauvres: perles, pendeloques, pointes, haches, rares poteries, ossements humains (dont un crâne) et de capridés. Par contre, sous un surplomb de la barre rocheuse de l'oppidum, massif de calcaire urgonien, des fonds de cabane ont été occupés à plusieurs époques. La cabane numéro 1 a été le siège d'un habitat à trois reprises avec trois niveaux :


  • âges de Fer et périodes ligures et celto-ligures (silex, poteries indigènes)
  • période des invasions barbares contemporaines des derniers siècles de l'Empire Romain (IV, Vème siècle)
  • occupation importante à une période troublée de l'histoire de la Provence (VIIIème au Xème siècle) correspondant aux temps carolingiens (Charlemagne) et aux invasions sarrazines où les habitants se sont réfugiés sur les hauteurs.


Citons en particulier des poteries grises, foncées, minces, à ornementation de petits dessins en creux à la molette, rectangles verticaux en bandes horizontales.


En face, dans les parois nord et ouest du Faron, les grottes de l’Ubac, du Figuier, du Duc ... fouillées surtout par Mr LAYET sont sans doute, avec celles du Destel, les plus riches. De l'autre côté de la commune, à l'ouest, mais en dehors, dans la propriété d'Estienne d'ORVES, la grotte de l'Homme Fer ( Baume Fere ), fouillée en 1947 par Mr VERALDO, puis en 1964 par mon équipe, a fourni des poteries néolithiques en pâte épaisse et mal cuite, des ossements humains et un foyer. Je la signale surtout parce qu'on y a trouvé une pointe de flèche qui pourrait être moustérienne, une dent de rhinocéros, une dent et une griffe d'ours, l'Ursus Speleus dont l'espèce a disparu depuis 25000 ans, et qui a certainement parcouru les collines du Revest.


Mais les grottes les plus importantes de la commune sont celles du Lauron. La plus grande se trouve à l'ouest du Village, au bas de la falaise méridionale du mont Caume, prés de la source Charlois. L'archéologue DURAND y a trouvé la mort, écrasé par un rocher. Elle a été fouillée principalement par Mr VERALDO en 1947-48 et nous avons refait ensemble un sondage en 1961. Dans 1,40 m d'épaisseur de terre, quatre niveaux ont été reconnus, allant du Néolithique moyen aux âges du Bronze, remontant peut-être même au Paléolithique supérieur. On peut signaler en particulier :


  • l'industrie lithique en silex: grattoirs sur lame, burins, haches polies en roche verte (serpentine), - objets de parure: perles en roche verte, pendeloques en os
  • céramiques: fragments de vases en pâte noire décorés de bandes horizontales de chevrons gravés après cuisson, bols à fonds ronds ou plats à décor digital (doigts)
  • industrie osseuse: poinçons, rondelles ...
  • les restes de sept squelettes jeunes et de petite taille; il s'agit d'un ossuaire à deux rites funéraires : entassement des os dans une fosse et plus récemment incinération
  • enfin parmi les animaux, des bovidés, suidés, chiens, tortues, une dent d'ours, ... et précisons pour les chasseurs qu'en dehors du sanglier, il n'a pas été trouvé jusqu'à ce jour de traces ou de reliefs des autres gibiers chassés actuellement.


Comme nous l'avons vu, le passé connu de la commune remonte très loin dans la Préhistoire, peut-être au Paléolithique supérieur (15 à 20000 ans avant J.C.) et il s'est poursuivi sans interruption jusqu'à nos jours, en passant par le Néolithique (4000 à 2000 ans avant J.C.) et les âges de Bronze (2000 à 700 ans avant J.C.) au cours desquels se sont développés l'élevage, l'artisanat et l'agriculture. Mais toutes ces fouilles remontent déjà à un certain nombre d'années et les travaux de recherche devraient être repris d'une manière plus poussée et systématique, avec les moyens d'investigation et d'études actuels ce qui permettrait de cerner ce prestigieux passé d'une façon encore plus précise (analyse des pollens, carbone 14 ...).