Carte de vigilance météo

Cette grande propriété revestoise est à vendre

Grands espaces
Calme et verdure
Au pied du Mont-Caume
Vue panoramique sur le village
et la vallée de Dardennes



Cliquer sur l'image pour la voir en plus grand
Pour plus d'info, écrire au site
en cliquant là >>>

♖ Les AVR ont 30 ans !!!


30e Anniversaire des Amis du Vieux Revest

🏫 L'école au village - L'école du Revest, autrefois


A cette époque, l'école occupait encore l'aile droite et l'aile gauche du rez-de-chaussée de la mairie actuelle. Elle ne comportait que trois classes, et quatre quelques années plus tard, cette quatrième classe étant située au premier étage. Ceci est important, à cause des serpents, mais nous verrons ça plus tard ...


La mairie n'occupait encore qu'une toute petite place en haut et au centre du bâtiment, entre les appartements du directeur et de la directrice.


Beaucoup d'enfants venaient à l'école, de loin, ceux des Arrosants et surtout ceux du barrage et de Dardenne, car l'école de Dardenne n'a été construite que plus tard. Et ils venaient à pied. Les jours de pluie, ils arrivaient trempés comme des canards. Les classes étant chauffées par un poêle à charbon entouré d'une grille protectrice, les enfants venant de loin, mettaient leur cape à sécher sur la grille, à tour de rôle. Et pour qu'ils ne gardent pas les pieds mouillés, tout le jour, ils apportaient des pantoufles et se changeaient en arrivant. Ils faisaient sécher leurs chaussures autour du poêle et leurs chaussettes aussi, pendues sur la grille comme de tristes étendards.


Ce n'était pas un très joli spectacle, je l'avoue... les jours de pluie la classe avait un air plutôt misérable. Mais que faire ? Elle eut été certainement plus jolie avec les capes pendues aux porte-manteaux et les souliers aux pieds des enfants. Mais je crois que c'eût été manquer de cœur. Alors tant pis pour l'exposition de chaussettes mouillées et pour les chaussures qui faisaient la ronde autour du poêle...

D'ailleurs, je crois que cela n'offusquait personne.


A midi, quelques élèves ne rentraient pas chez eux, - le trajet quatre fois par jour, c'était trop pour leurs petites jambes - et la cantine n'a été créée que plus tard. Ils apportaient leur repas et faisaient chauffer leur gamelle sur le poêle. Personne n'était chargé de les surveiller, alors, de temps en temps, je descendais de chez moi, pour voir si tout se passait bien. Et tout se passait toujours bien.


Texte manuscrit d'Yvette Roché pour l'exposition de 1988 sur les photos d'école au Revest.
Source : bulletin n°8 de 1988 de la Société des Amis du Vieux Revest et du Val d'Ardène



Index |Info | Imprimer | PDF | Permalien