Carnets du Revest

Carnets du Revest

Histoire & Patrimoine

Forum La  Place du village

Place du village

Échanges

Images Docs

Albums-Publications

Lignées du Revest

Généalogie

Revest Actualités

Revest Actualités

Revue de presse

⛺ Carrières et mines - La carrière de marbre de Malvallon




 

   Parmi les richesses naturelles du Var et au même titre que le liège et le minerai de bauxite, il faut compter le marbre.
Des gisements de marbre existent , en effet, un peu partout dans ce beau département du var et plusieurs de ces gisements sont exploités avec plus ou moins d'intensité.
   Entre toutes ces exploitations marbrières, une des plus intéressantes, tant par la qualité de la matière extraite que par les moyens d'extractions employés, est sans contredit la carrière de Malvallon dans la commune du Revest, à deux pas de Toulon.
Alors que les carrières de Brignoles, par exemple, ou celles de Pourcieux, encore,sont exploitées depuis longtemps, cette carrière de Malvallon est de découverte récente. Voici 16 ans, seulement, que le propriétaire exploitant actuel, M. B., au cours de promenades dans cette partie de la vallée de Dardennes, découvrit, en effet, ce très important gisement et ce n'est en fait que tout récemment que l'exploitation, dotée d'un outillage des plus modernes et très perfectionné, s'est placé au premier rang des carrières de notre département.

 

   L'histoire de cette jeune et forte entreprise est en elle-même assez curieuse: ayant par pur hasard découvert du marbre dans une propriété de famille, jusque là inculte, délaissée et sans valeur pour lui, l'exploitant actuel après s'être assuré par une étude des plus sérieuses de la réelle valeur de la matière découverte, et convaincu de l'importance que ce gisement de marbre pouvait prendre si on l'exploitait, résolut de consacrer ses efforts à cette tâche. Il rechercha de l'aide et fut enfin secondé dans son labeur par un négociant toulonnais des plus connus M.Paul R ... qui, avec une clairvoyance remarquable, sut saisir tout l'intérêt et tout l'avenir d'une telle entreprise. Les travaux du début, entrepris avec des moyens et des possibilités infimes, furent énormes et nécessitèrent un acharnement, une énergie et des qualités professionnelles remarquables. Le gisement se présentant sous la forme d'une masse de roches essorant de terre, un fouillis de broussailles et de ronces séculaires en rendaient alors les approches forts difficiles. Il fallut déblayer, défricher, creuser la route d'accès, faire des travaux considérables de terrassement avant de pouvoir atteindre à la base l'énorme muraille de marbre que l'on voulait attaquer.  
Cette difficulté d'accès explique pourquoi une telle masse de marbre de toute beauté ait pu rester insoupçonnée jusqu'alors à quelques minutes d'un grand centre comme Toulon.
   Ce que le labeur tenace et intelligent d'un homme peut accomplir , fut, en effet, réalisé par M.B., secondé par l'aide intelligente de son associé de la première heure et la carrière était ouverte sur un front de 25 à 30 mètres et une hauteur de 12 à 15 mètres, le chemin à la grand'route terminé et l'exploitation prête à fonctionner lorsque la guerre et la mobilisation vinrent interrompre M.B. dans ses travaux et en arrêter l'essor.
   Le devoir sacré accompli, après 5 ans d'abandon, dès son retour il reprit courageusement ses projets et après de multiples difficultés et des peines infimes qui ne le rebutèrent jamais, la carrière de Malvallon est enfin dotée aujourd'hui d'un matériel complet et se trouve être ce qu'il voulait en faire, une exploitation modèle.
   La qualité du marbre de Malvallon est fort belle et se présente sous trois aspects très différents. D'abord une matière blanche très pure, d'un blanc laiteux, qui se travaille au ciseau admirablement et constitue un marbre idéal pour l'art du sculpteur et la confection de tombeaux ouvragés, puis un marbre rosé aux dessins très vifs et fort décoratifs et enfin un très beau marbre jaune d'un ton chaud et soutenu qui est à  tous égards un marbre de grand luxe. Le marbre jaune du Var qui doit sa couleur à la présence du minerai de bauxite est, en effet, très recherché sur le marché et celui de Malvallon peut-être considéré comme un des plus beaux échantillons de cette qualité. Il se travaille bien et se tranche en très minces lamelles sans inconvénient, sa résistance étant remarquable.
   Le plan d'ensemble de l'exploitation est ainsi compris. Le gisement étant situé à 500 mètres environ de la grand'route, on a centralisé la la production de force électrique dans une usine située à l'entrée de la propriété des carrières à l'embranchement du chemin privé et de la grand'route.


   Cette usine comprend un moteur "Inchaup" à gaz pauvre de 35 HP et un autre de 18HP qui sert de moteur auxiliaire.
Une dynamo y distribue l'énergie électrique à toute l'exploitation, entre autre, à la scierie et à la petite usine électro-pneumatique sise à la carrière même et fournissant l'air comprimé nécessaire aux outils perforateurs d'extraction.

   La scierie établie sur un vaste terre-plein à mi-chemin entre l'usine génératrice et la carrière même, est constituée par trois châssis en fonte supportant un système perfectionné de fil hélicoïdal et permettant de trancher 12 à 14 mètres de surface en long en même temps.
Des plateaux sur rails y amènent les blocs et permettent un maniement rapide.

 

 

    On projette la réalisation rapide pour compléter cette scierie, d'un plan incliné avec un treuil de 15 ou 17 tonnes pour amener en ligne droite sous le fil les blocs sortant de la carrière située directement au-dessus, à 50 mètres environ, la pente naturelle existante rend ce travail facile à exécuter et en suggère de suite l'intérêt .
   Toutes les parties de l'installation sont reliées entre elles par téléphone. Actuellement on construit en plus, attenant à l'usine génératrice un garage pour les camions automobiles qui feront le transport des blocs entre la carrière et Toulon pour leur livraison ou l'expédition.
   Deux vastes bassins qui contiennent ensemble 150.000 litres , assurent à l'exploitation l'eau nécessaire et la canalisation amenant cette eau de la source aux bassins a été établie et construite avec un soin spécial et a nécessité de gros travaux.Bassin Malvallon
   Ainsi outillée cette jeune entreprise entièrement conçue, réalisée et enfin dirigée par M. B. , ingénieur-électricien de grande valeur et bien connu pour ses travaux dans notre région, est appelée croyons-nous à un bel avenir qu'elle mérite à tous égards.
L'aspect de la carrière même est des plus intéressants. Entièrement nettoyée de toutes broussailles désormais, et bien dégagée à sa base, le massif compact de marbre apparaît de fort loin comme le dos monstrueux de quelque animal fabuleux accroupi dans les pins et les oliviers. Le site est des plus sauvages et l'un des plus beaux que l'on puisse admirer aux environs.
Le chemin privé monte en lacets jusqu'à cette masse généralement éblouissante de soleil, qui se précise au fur et à mesure de la montée. Enfin, au dernier lacet, la carrière apparaît comme une blessure dans le rocher .

La base du bloc profondément attaquée à coups de mine est devenue verticale sur 12 à 16 mètres de hauteur et l'on est en présence d'un titanesque mur de marbre absolument compact, homogène sans solution de continuité, étonnant vraiment lorsqu'on le contemple pour la première fois et dans lequel les perceuses électro-pneumatiques vont découper les blocs comme " dans un fromage" absolument.Un panorama merveilleux s'offre aux regards de cet endroit. Toute la vallée de Dardennes, le village si pittoresque du Revest et les montagnes environnantes s'étalent sous les yeux charmés. La visite des carrières de Malvallon est à la fois intéressante pour l'industriel qui trouve à y étudier un plan d'exploitation bien conçu et un gisement de premier ordre, et pour l'excursionniste, l'artiste ou simplement l'amateur de sites pittoresques qui y découvrent un coin de nature privilégié pour la beauté du décor et la richesse du paysage.
Au coucher du soleil le spectacle est vraiment féérique, les différents plans du mont Caume sur les contreforts duquel la carrière est située, se détachent sur la gloire lumineuse du ciel, les uns bleutés d'ombre déjà, les autres empourprés de rose et d'orange, barrés ça et là des noirs chauds et profonds qu'y mettent quelques cyprès séculaires. Oui, ce décor est d'une rare beauté et l'oeuvre de l'homme en est singulièrement amoindrie, paraissant soudain avec ses poteaux, ses pylônes de fonte et ses fils tendus, curieusement hors de l'harmonie générale.
A cette heure fugitive et si captivante du couchant on peut, en effet, oublier le labeur du carrier, pour admirer , sans réserve, le cadre de merveilleuse nature où se labeur s'affirme durant les heures du jour.Mais , il est impossible pourtant de visiter l'exploitation de marbre du Revest sans être séduit par son organisation et par la tenue générale de l'entreprise et l'on se prend à admirer aussi la constance dans l'effort et la valeur de celui qui a su mener à bien une telle tentative avec des moyens réduits, et dont la réussite acquise désormais, apporte à ce coin paisible et laborieux du Var un avenir de prospérité et de richesse par le travail.




Laine-Lamford

"Le Var & la corniche d'Or illustrés", 1921, extrait aimablement communiqué par M.CRUCIANI Michel

 

 




Index |Info | Imprimer | | PDF Permalien