Carnets du Revest

Carnets du Revest

Histoire & Patrimoine

Forum La  Place du village

Place du village

Échanges

Images Docs

Albums-Publications

 

Lignées du Revest

Généalogie

Revest Actualités

Revest Actualités

Revue de presse

🎨 Voir Le Revest en peinture

Le Revest en peinture

Infos Site

Dimanche 29 novembre 2020

♖ Tourris - Que savons-nous du domaine de Tourris ?



"La vérité d'aujourd'hui peut avoir été l'erreur d'hier et peut devenir, par l'accroissement de la connaissance, l'erreur de demain.", disait Georges Clémenceau.
Au sein de notre Société d'histoire locale, nous essayons d'accumuler des documents, des textes, des illustrations sur Le Revest. Nous collectons tout ce qui a pu être écrit et nous le publions, mais cela ne signifie pas que tout ce qui est écrit dans nos pages était "la vérité vraie" à l'époque. Certes, le sport préféré des historiens (comme celui des garagistes, des plombiers et ... des politiques) est de dénigrer ce qu'ont réalisé leurs prédécesseurs. En réalité, d'année en année, la recherche progresse, la connaissance aussi, mais approche-t-on pour autant de la vérité : nul ne peut l'affirmer parce qu'on n'y était pas !
 
Donc, vous allez trouver ci-après une série de publications sur Tourris, qui par moments se contrediront, parce que tel auteur n'avait pas eu accès à certain document, et tel autre à tiré des conclusions en reliant deux faits avérés, mais qui n'avaient rien à voir. Des exemples ?
 
L'arrivée de la famille de Nas à Tourris
Il est indiqué dans des nobiliaires (sortes d'annuaire de la noblesse) de 1775 et 1776, respectivement de France et de Provence, qu'en mai 1495, Simon Nas fut anobli par le roi Charles VIII pour services rendus lors des guerres de conquête du royaume de Naples. Le Commandant Laflotte en conclut que c'est en 1495 que la famille Nas peut s'ajouter de la particule et que son nom devient de Nas de Tourris à cette date. Il fait donc remonter l'arrivée de la famille Nas à Tourris en 1495.
Ce domaine fut érigé en fief par Charles VIII en faveur du capitaine Louis de Nas, un de ses vieux compagnons d'armes en Italie, dans la descendance duquel il resta cinq générations qui prirent de ce fait le nom de Nas de Tourris.
Et bien non ! Car deux paragraphes plus loin dans ces mêmes livres, on apprend que le domaine de Tourris était déjà un fief quand Jean de Chautard l'acquiert de Melchior de Vintimille vers 1550, devient Seigneur de Tourris et le laisse à sa fille Catherine, qui devenue Dame de Tourris, se marie en 1551 avec Louis, le Capitaine de Nas. Le patronyme devient alors de Nas de Tourris.
 
La construction du château de Tourris : 1568 ou 1582 ?
Jean-Baptiste de Nas de Tourris a fait construire le château et la chapelle à l'emplacement de l'ancienne demeure seigneuriale laquelle avait été ruinée par des razzias sur tout le pays toulonnais, entre 1536 et 1540.
Certains auteurs prétendent qu'il a lancé la construction en 1568, l'année de son mariage. Est-ce crédible, sachant qu'il s'est marié à 14 ans et surtout que son père est mort entre 1580 et 1582 et que Jean-Baptiste n'est devenu seigneur de Tourris qu'à cette date ?
 
Selon les auteurs, Jean-Baptiste est né en 1550, 1552 ou 1554. Tous s'accordent pour affirmer qu'il est décédé au siège d'Anvers en 1584 et qu'il s'est marié  en 1568, soit à 14, 16, ou 18 ans.  Son père Louis serait né à Aix en 1519 ou 1520. Mort entre 1580 et 1582. Comment peut-on en l'état des connaissances préciser la date de construction du château ?

[spoiler] : un Johanes Baptista Nas a été baptisé début mars 1584 à Toulon, paroisse de Sainte-Marie.
 
Ces deux exemples généalogiques, un peu techniques, montrent la difficile recherche de la vérité historique. Essayons de poser ce que nous savons.
 

Tout d'abord, nous voulons des dates !

Le vieux Tourris était peut-être un poste romain, fortifié après la conquête de la Gaule par César (débris de tuiles de l'époque et citerne à l'ouest de l'enceinte semblant aussi de facture romaine).

 

L'existence du village fortifié du Vieux Tourris (ou aujourd'hui Vieille-Valette) est avérée par des documents écrits à partir de 1084. Et l'on estime qu'il sera abandonné ou détruit vers 1360 (Richard Roquebrun).

 

12 décembre 1287 : transaction entre d'une part le prieur du monastère du Val et les habitants de La Valette, et d'autre part Reforciat, seigneur de Trets et de Tourris. Cet acte accorde aux premiers le plein usage de Tourris.

 

1395, on parle d'un château de Tourris :

Les consuls de Toulon désignèrent « les Nobles Vincent et Antoine et Messires Antoine et Jacob » pour qu'ils se rendent auprès du sénéchal et du Conseil Général pour régler au mieux «la paix qui doit avoir lieu entre la ville et les châteaux de Tourris et du Revest...».

(Pierre Trofimoff)

 

1447 : Le 9 juillet, les consuls de Toulon engagent des pourparlers avec les seigneurs d'Ollioules pour obtenir le libre accès des pâturages de Tourris (qui appartiennent donc au seigneur d'Ollioules) (Pierre Trofimoff).

 

1510 : Devant les menaces que faisait peser sur leur ville la présence de la flotte turque, les consuls de Toulon écrivirent au château de « Turitz » (Tourris) de se « rendre à Toulon et de se tenir prêt au premier commandement du Bailli »  (Pierre Trofimoff).

 

1536 : mise à sac des terres environnant Toulon, y compris de Tourris. Tout y est détruit (Pierre Trofimoff).

 

16 février 1540 : recensement des biens. "Au lieu-dit de Tourris, il n'y a ni château ni maison, car tout est détruit ; il reste cependant les ruines d'une maison seigneuriale et des bastides pour la remise des hommes quand ils vont y travailler." Il est aussi indiqué que "le terroir de Tourris est possédé tant par les hommes du Revest, que ceux de La Valette et Solliès" et encore que "le terroir de Tourris est bon, il y a des pâturages auxquels les hommes du Revest, de La Valette, de Solliès, de La Garde ont droit" (F. Joseph, Le Var historique et géographique)

 

1551 : Jean Chautard avait acquis Tourris de Melchior de Vintimille, seigneur d'Ollioules. Sa fille Catherine en hérite et l'apporte à Louis de Nas par son mariage le 13 avril 1551. Les Nas de Tourris en resteront seigneurs jusqu'à la vente du domaine en 1785.

 

1568 : Construction du nouveau château du Bas-Tourris, avec sa chapelle gothique. Initiée par Jean-Baptiste de Nas époux de Claudine de Thomas qui fit transformer en château la vieille demeure seigneuriale l'année de son mariage (à 14 ans ?) (F. Joseph ibidem).

 

1719-1737 : François de Nas restaure et agrandit considérablement le château du Bas-Tourris. (Nous avons indiqué cette plage de dates, parce que correspondant à l'époque où François de Nas était Seigneur de Tourris, c'est-à-dire entre la mort de son père et son propre décès.)

 

20 janvier 1783 : Jean-Baptiste II de Nas, qui était ruiné, cède à ses deux fils l'intégralité du domaine, en remploi de la dot de leur mère, pour éviter qu'il ne tombe aux mains de ses créanciers.

 

16 juillet 1785 : Les frères de Nas vendent Tourris à Joseph Aguillon, qui avait déjà acquis une partie du domaine, le quartier de La Chaberte, que Jean-Baptiste avait vendu.

 

En 1790, Tourris fut rattaché partie à la commune du Revest, partie à celle de la Valette (Bulletin archéologique Draguignan).

 

21 février 1824 : Pierre Aguillon (fils de Joseph) vend le Domaine de Tourris à Louis Auguste Teissier sur les terroirs du Revest, de La Valette et de Solliès-Ville. (ADV Transcriptions hypothécaires, Toulon, Volume 175, article 55, pages 123 à 129). Il apparait que Pierre a poursuivi l’œuvre de réunification du domaine de Tourris que son père avait initiée. De ce qu'il vend à Louis Teissier, Pierre Aguillon tient 4 lots (dont celui comprenant le château) en sa qualité d'héritier de Joseph (qui en avait fait l'acquisition entre 1785 et 1788) et 12 lots qu'il a personnellement acquis entre 1809 et 1819.

 

22 août 1833 : Joseph Alexandre Clappier et Toussaint Jules Devenel sont acquéreurs en commun de la propriété rurale dite du domaine de Tourris (1040 hectares sur les 3 communes du Revest, de La Valette et de Solliès-Ville). Le domaine a été saisi à la demande de Jean-Baptiste Charles Simon, créancier hypothécaire de Louis Auguste Teissier. Adjudication à l'audience des criées du tribunal civil de Toulon le 24 juillet 1833. L'acte de mutation comprend une description détaillée des biens, avec non seulement les confronts mais aussi les numéros de parcelle. Le cadastre napoléonien a été achevé en 1828 au Revest. (ADV Transcriptions hypothécaires, Toulon, Volume 259, article 20, pages 55 à 68)

 

12 janvier 1861 : Michel Émile Teissier achète le domaine de Tourris à MM Clappier et Devenel. C'est le fils de Louis Auguste Teissier qui avait dû le vendre en 1833 à la suite d'une saisie. Le prix est de 262 000 francs. la surface est selon l'acte de vente se référant à la matrice cadastrale de 1025 hectares sur les 3 communes. Etant précisé qu'en 1851 les propriétaires Clappier/Devenel avaient vendu environ 2 hectares du côté des Olivières à Jean-Baptiste Blanc. En 1862, Émile Teissier fait rénover la chapelle et y fait apposer une plaque où un texte latin le rappelle. (ADV Transcriptions hypothécaires, Toulon, Volume 599, article 27, pages 63 à 70)

 

Au décès d'Émile Teissier le 1er juin 1872, ses 3 filles héritent du domaine de Tourris. L'une d'elles, Marie Élise Caroline va racheter leurs parts à ses sœurs, et demeure seule propriétaire à compter du 27 septembre 1876.

Le 8 novembre 1879, Anne Marie Henriette David, épouse de Henri Edgard de Gasquet, achète le domaine de Tourris sur ses biens propres pour la somme de 190 000 Francs. Le 15 avril 1893, elle achète un terrain adjacent à Marie Claire Geneviève Meiffret, veuve de Joseph Siffroy Decugis. Madame de Gasquet décède  le 17 avril 1930 au château de Tourris et son fils Guy Marie Henri en hérite.

Jacques Gayet, petit-fils de Guy de Gasquet, raconte dans un document familial le dernier été passé en famille à Tourris et conclue :

"Ensuite, hélas pour nous, nous ne vivrons plus d'été au château de Tourris. Mon grand-père, ne pouvant plus entretenir le domaine, sera sollicité par une entreprise de munitions qui louera d'abord les lieux, puis les achètera dans les années 1950 ; il s'agit du château, des terres, de sa longue allée de platanes, puis de l'allée des mûriers et des entrepôts environnants. Par ailleurs, les services de la Marine nationale réquisitionneront les terrains derrière ce que l'on appelait "le Goudron" et qui partaient à droite de l'ancienne auberge tenue par Jean Baudisserre et sa femme à l'entrée de la propriété"

Le 28 juillet 1952,  Guy de Gasquet vend le domaine de Tourris à la société Formetal (Société de forage industriel pour récupération métallurgique), on parle là de 45ha avec le château. Formétal va notamment y lancer une activité de récupération de munitions dans les années 1970-1980 à proximité du dépôt de munitions de Tourris.

1998 : la société Formetal, en difficulté, a été rachetée par ses salariés. Ils liquident les biens non professionnels et en particulier le domaine de Tourris qui est alors acquis par René Gillet et sa famille.

 

Sources : Registre des formalités (Transcriptions hypothécaires) - Archives départementales du Var.


Voir aussi
la section généalogie de la famille de Nas
Et notre recueil Balade au château de Tourris




Index |Info | Imprimer | | PDF Permalien