Carnets du Revest

Carnets du Revest

Histoire & Patrimoine

Forum La  Place du village

Place du village

Échanges

Images Docs

Albums-Publications

 

Lignées du Revest

Généalogie

Revest Actualités

Revest Actualités

Revue de presse

🎹 Voir Le Revest en peinture

Le Revest en peinture

Infos Site

Dimanche 26 septembre 2021

♒ Les eaux du Revest - Quel est le nom de la vallĂ©e ?


Cette vallée porte-t-elle le nom de Dardennes ou du Las ?
Son fleuve, porte-t-il le nom de Dardennes ou du Las ?
Par Claude Chesnaud
 
1646   Les   consuls  de  Toulon  installent,  le  13   mars   1646,  le  R.  P.  HonorĂ© Toullon, commandeur de  l’Ordre de  Notre-Dame de  la  Merci et  six  religieux. Les  registres de  la commune de  Toulon rendent compte en  ces  termes de  cette cĂ©rĂ©monie :
Nous, Jean  Garnier, Antoine Martinenq et  Antoine Gavot, consuls de  la  ville de Tholon,  seigneurs de la Val-Dardennes, lieutenants pour  le   Roy   au gouvernement de  ladite ville,   attestons que  le  13  mars   de  la  prĂ©sente annĂ©e 1646, 

 
1679-1701 Plan  de Vauban lors  de l’agrandissement de l’Arsenal de Toulon Construction de  la  digue Vauban au  niveau de  l’actuel quartier du  Jonquet. Selon le plan  de Vauban, il s’agit du dĂ©tournement du Tor  par  la RiviĂšre Neuve qui  se nomme depuis peu  (1980-90) RiviĂšre Couverte.
 
1687  ProcĂšs entre  les consuls de la ville  de Tholon et sieur  Antoine ARNAUD, Bourgeois de la ville  de Tholon.
Arnaud veut  qu’il  soit  en  facultĂ© de prendre l’eau dudit ruisseau de  Dardenne (canal du BĂ©al) Ă  toutes heures et en tout  temps pour  l’arrosage de son  fond.

/

La seconde eau  est une  source Ă  laquelle de toute  son  anciennetĂ© on a donnĂ© le nom  de fontaine de Saint Antoine marquĂ©e dans  la veĂŒe  figurĂ©e par  la lettre F, & comme l’Ɠil  de  cette  fontaine est  proche &  voisin dudit canal de  Dardenne, par  oĂč  les  premiĂšres eaux  de  la  Foux &  de  Siblas dĂ©coulent, le  mesme canal reçoit  dans   son   lit  &  Ă   son   passage  les  eaux   de  ladite  Fontaine  de  Saint Antoine,  &   toutes  unies  &   meslĂ©es  elles   forment  une   espece  de   ruisseau appellĂ© de Dardenne pour  l’usage desdits moulins de la Lause & du Piquet.

/

La  quatriĂšme eau   couloit Ă   la  faveur d’une Ă©cluse par  un  canal appellĂ© le torrent  de   Las,    mais    cette    eau   n’estant  formĂ©e  que   des   eaux    pluviales recueillies a rassemblĂ©es dans  ce canal, elles  n’avoint point de dĂ©coulement flottable,  certain  &  perpĂ©tuel,  &  il  y  avoit   de  l’eau  plus   ou   moins  selon l’abondance &  frequence des  pluyes ; l’écluse &  ce  canal ou  torrent appellĂ© de Las  est marquĂ© dans  la veĂŒe  figurĂ©e par  lettre B.
 
1696   Plan   figuratif  du  moulin  Saint-Antoine  au  moulin  de  Leure-Archives communales de Toulon (sĂ©rie DD  art 41)
On  peut  lire  sur ce plan :
Moulin Saint-Antoine, moulin de Tourris, moulin Du pont  et moulin de Leure. Chemin allant aux  dix  moulins de Dardenne BĂ©al  de Dardenne
RiviĂšre de  las  ou  lavaldas composĂ©e des  eaux   de  la  source de  la  Foux de Siblas.
 
1707  Plan  figuratif de  Toulon et ses  alentours Ă  l’époque du  siĂšge de 1707  par
Edmond Millou.
On  peut  lire  sur ce plan :
La  riviĂšre de  Dardennes (du  Ragas Ă   l’intersection riviĂšre du  Las  et  riviĂšre Neuve)
La  riviĂšre du  Las   (de  l’intersection riviĂšre de  Dardennes,  riviĂšre du  Las   et riviĂšre Neuve Ă  Castigneau)
La  riviĂšre  Neuve  (de   l’intersection  riviĂšre  de  Dardennes,  riviĂšre  du  Las   et riviĂšre Neuve Ă  la pointe de Lagoubran).
 
1716   Livre Vert   de  la  ville   de  Toulon-Notes historiques manuscrites depuis15 22
Le   30   du   mois   de  juin   1716   M.   d’Astour  premier  consul  et  dĂ©putĂ©  de  la communautĂ© a prĂȘtĂ© Ă  la  Cour des  comptes Ă  Aix  l’hommage au  roi  Louis XV pour  la terre  de la Valdardenne dont  la communautĂ© est conseigneur
 
1754  Archives Bouches-du-RhĂŽne
Registre C1848 – Publication Louis Blanchard-Tome II-1892
Etat  de  l’afflorinement des  fiefs  et  arriĂšres-fiefs de  Provence, pour  servir Ă  la lĂ©vĂ©e de 5 livres par  florin.
La   Valdardenne,  portion  au   sieur   de   Thomas-ChĂąteauneuf,  officier  de   la marine, 1 florin 2 deniers.
La Valdardenne, autre portion à la communauté de Toulon, 2 florins 3 sols.
 
1779  Archives Bouches-du-RhĂŽne
Registre C1037 - Publication Louis Blanchard-Tome II-1892
5  dĂ©cembre  1779  :  5  lettres  de   Mme   Thomas,  nĂ©e   Bernardy  de   Sigoyer, sollicitant la  mĂ©diation des  procureurs du  pays  entre son  mari, le  marquis de Thomas et  la  communautĂ© de  Toulon qui  lui  conteste un  droit  d’arrosage sur sa terre  de la Valdardenne.
 
1781  Prise  de possession du Couvent des  Carmes
Nous, Maire-Consuls, lieutenants pour   le  Roy  au  gouvernement de  la  place, lieutenants gĂ©nĂ©raux de police, seigneur de la Val  Dardennes, 

 
1827  Cadastre napolĂ©onien Commune du Revest
On  peut  lire  :
RĂ©alisation par  Caori, gĂ©omĂštre de 1 Ăšre  classe
[Plan cadastral] terminĂ© sur  le terrain le 31 mai  1827. Section D2  dite  de Dardenne
[Entre l’actuel pont  Ă   l’entrĂ©e du  hameau de  Dardennes et  l’actuel Barrage],
RiviĂšre de Dardenne.
 
1827  Cadastre napolĂ©onien Commune de Toulon
On  peut  lire  :
LevĂ©  par  Mr.  Toucas GĂ©omĂštre du Cadastre
Section C des  Routes 1er  feuillet sur 4
[Entre l’actuel pont  du Hameau de Dardennes jusqu’au 3Ăšme  Moulin]
RiviĂšre de Dardennes
 
1827  Cadastre napolĂ©onien Commune de Toulon
On  peut  lire :
Tableau d’assemblage du Plan  cadastral parcellaire de la commune de Toulon terminĂ© sur  le terrain le 15  dĂ©cembre 1827  par  M.  Garnier, GĂ©omĂštre en  chef et M. Vidal AimĂ©, GĂ©omĂštre de 1 Ăšre  classe.
 
RiviĂšre de  Dardennes [entre RiviĂšre Neuve, Ă  partir de  l’actuel Jonquet, et  la commune du Revest].
 
1819  Les  soirĂ©es provençales – Lettres de M.L.  BĂ©renger – 3Ăšme Ă©dition
(Page 80)
Le   chĂąteau  de   Dardennes  a  servi   tour-Ă -tour  Ă   fabriquer  des   poudres  de guerre et de petites monnaies. Lors  du  siĂšge de Toulon par  le duc  de Savoie et le  fameux  prince  EugĂšne  en   1707,  l’ennemi  s’étant  saisi   de   la   gorge  de Dardennes, on eut soin  avant leur  occupation d’en  mouiller les poudres.
 
1835   Dictionnaire  historique  et  topographique  de   la  Provence  ancienne  et moderne par  E. Garcin
Les  Commoni occupaient le  littoral, depuis le  golfe   des  Lecques jusqu’à la rade  de Giens. Leur  capitale se trouvait au Revest, prĂšs  de Toulon.

/

[Au  Revest] il y a une  multitude de petits jardins et  de  vergers trĂšs  agrĂ©ables, arrosĂ©s par   une   quantitĂ© de  petites  sources  qui  naissent Ă   tous   pas   sur  la hauteur.  Celle  de  la  Foux  fournit  aux   engins  et  Ă   toutes  les   fontaines  du territoire et de la ville  de Toulon.
 
1840  Promenades dans  Toulon ancien et moderne  par  Vienne H. (Page 11)
A l’extrĂ©mitĂ© de la colline des  ArĂšnes fut Ă©levĂ©e en 1793  une  redoute dite  de la Convention,  oĂč  l’armĂ©e  rĂ©publicaine  Ă©tablit  une   batterie  pour   riposter aux canons du  fort  Malbosquet que  vous  voyez Ă   votre droite et  sous  lequel nous allons passer aprĂšs avoir traversĂ©, sur  un  pont  en  pierre, le lit creusĂ© en  1670 sous  la  direction du  cĂ©lĂšbre Vauban, pour  la  dĂ©rivation des  eaux  de  la  riviĂšre de Las.
 
(Page 130)
Les  ennemis n’osant point aborder de front  le camp retranchĂ©, rĂ©solurent de le tourner  par   derriĂšre  et  de  s’emparer  du  vallon  de   Dardenne  et  de  Saint- Antoine.
 
(Page 133)
Pendant ce temps MM.  de Barrielle et de Nisas s’avancent dans  la vallĂ©e de Dardenne, chassĂšrent l’ennemi du chĂąteau  de Dardenne, lui tuaient beaucoup de monde, faisaient 40 prisonniers.
 
1844  Notes pour  les propriĂ©taires des  moulins de Dardennes
Signé : Isnard, avocat et Laborde, avoué.
 
1844  Note  en rĂ©ponse contre les propriĂ©taires des  moulins de  Dardennes
Signé : ArÚne, avocat et Thouron, avoué.
 
1845  DĂ©libĂ©rations du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var Etablissement des  chemins de fer dans  le Var Ouvrage d’art: ponts
(Page 243)
Le  tracĂ© traverse quatre petites riviĂšres, le Las,  la  riviĂšre Neuve, la  Reppe, le grand Vallat et 25 ruisseaux.
 
1845  Bulletin de la SociĂ©tĂ© des  Sciences du dĂ©partement du Var
(13Ăšme annĂ©e – page  218)
ConsidĂ©rations gĂ©ologiques et physiques sur  le gisement des  eaux  souterraines par  M. Guiraud
IndĂ©pendamment  de  ces  eaux   utilisĂ©es et  trouvĂ©es par  l’effet du  hasard, la
vallĂ©e de  Dardennes prĂ©sente un  cours d’eau assez considĂ©rable pour   faire tourner des  moulins, et fournir Ă  des  irrigations.
 
1846  MĂ©moire sur la Meunerie par  Augustin Rollet
PubliĂ© sous  les auspices de M. le Ministre de la Marine et des  Colonies
(Page 80)
Lavage des  grains dans  le Midi  de la France, nettoyage des  grains par  la voie humide.
En   Provence,  aux   environs  de   Toulon,  et   notamment  dans   la   vallĂ©e  de Dardennes, on  rencontre sur  le  BĂ©al   des  Ă©tablissements spĂ©ciaux destinĂ©s Ă  opĂ©rer le nettoyage du blĂ© par  voie  humide.
 
1848   Projet d’agrandissement et  d’emmĂ©nagement pour   l’arsenal du  port  de
Toulon par  G. Delacour
(Page 7)
Le  lit dĂ©tournĂ© du  Las  demanderait l’achat de 10000 m 2  coĂ»tant au  plus  25000 fr.
 
1848  Bulletin de la SociĂ©tĂ© des  Sciences du dĂ©partement du Var
(16Ăšme annĂ©e – Notice)
Notice sur une  monnaie antique par  M. Germain
Vous   connaissez tous  Messieurs, la  riante vallĂ©e de  Dardennes ;  un  torrent ombragĂ© par des vignes sauvages et des  chĂȘnes verts, parcourt les gracieux contours de cette  gorge Ă©troite que  resserrent les flancs noueux du Faron et de KaoumĂ©.
 
1861  Bulletin de la SociĂ©tĂ© des  Sciences du dĂ©partement du Var
(28Ăšme annĂ©e – page  259)
Aujourd’hui  7  novembre  1721,  M.   Dupont,  brigadier  des   armĂ©es  du   roi, commandant  dans   la  ville   de  Toulon  et  dans   le  pays,  et  M.  d’An trechaus, premier consul, lieutenant du  roi  au  gouvernement de ladite ville,  seigneur du val   Dardennes,  Ă©tant   assemblĂ©s  dans   l’hĂŽtel  de  ville,   avec   les   principaux officiers municipaux, les  intendants de  la  santĂ©, ceux  de la  police, les  recteurs des   hĂŽpitaux,  tous   les   commissaires  de   la   campagne,  et   autres  notables citoyens, et  les  consuls des  lieux  d’Ollioules, du  Revest, de  La  Valette, de  La Seyne, de St-Nazaire, de La Garde, de Six-Fours et de Ste-Marguerite.
 
1861  Correspondance de George Sand  Ă  Maurice Sand  (15  mai  1861)

/

Nous, nous  avons Ă©tĂ© hier  voir  le Ragas. C’est Ă  deux  pas  du dernier moulin de la vallĂ©e de  Dardenne ; nous  en Ă©tions Ă  un quart de lieue  quand tu as dessinĂ© le petit  pont  double Ă  guirlandes de lierre.

/

Le Ragas occupe le fond  d’un  amphithĂ©Ăątre de cimes Ă  pic.

/

AprĂšs deux  ou  trois  jours de  forte  pluie, tout  le  gouffre se  remplit et  dĂ©borde par  cette  fente, d’oĂč  l’eau se prĂ©cipite en  torrent dans  la gorge et puis  dans  la Dardenne, dont  nous  avons vu le terrible lit Ă  sec.
 
1862  Bulletin de la SociĂ©tĂ© des  Sciences du dĂ©partement du Var
(30Ăšme annĂ©e – page  57)
Le  droit  de  prĂ©sider le  conseil de  guerre en  l’absence des  gouverneurs, Ă©tait une   des   prĂ©rogatives  qui   flattaient  le   plus   les   magistrats  consulaires  de Toulon.  On   comprend  combien  
/
  la  bourgeoisie  
/
  [pouvait] correspondre avec  les ministres du roi,  et avec  le roi lui-mĂȘme, mais  encore de prendre le titre  de seigneurs de la Valdardennes, 
/

 
1863  Bulletin de la SociĂ©tĂ© des  Sciences du dĂ©partement du Var
Notice historique sur les archives communales de la ville  de Toulon par  Octave Tessier
Livres des  contrats et principaux actes  de l’administration (SĂ©rie DD)
(Page 48)
PropriĂ©tĂ©s communales. Parmi les  propriĂ©tĂ©s communales, il  en  Ă©tait  une  qui faisait  l’orgueil  de   nos   anciens  magistrats  municipaux,  c’était  la  terre   et seigneurie de  la  Valdardennes. Ils  avaient Ă©tĂ©  en  quelque sorte  obligĂ©s de  se rendre acquĂ©reurs, en  1640, des  moulins de  la  Valdardennes, possĂ©dĂ©s par  le sieur   Thomas de  ChĂąteauneuf, parce que  ce  dernier retena it  les  eaux   de  la ville  et qu’il  en rĂ©sultait d’interminables procĂšs.
 
1865  La Confession d'une jeune fille  par George Sand
L’auteur Ă©crit ce roman en s’inspirant de sa venue dans la vallĂ©e de Dardennes.
Dardennes est cité 16 fois dans ce livre. (Page 40)
La vallée de Dardennes est une des rares oasis du département du Var
 
1866  ArrĂȘtĂ© du 24 janvier 1866
Classement  du  chemin  n°34   de  Toulon  au  Revest  d’une  longueur  de  7355 mĂštres en chemin d’intĂ©rĂȘt commun
 
1866  DĂ©libĂ©rations du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var
ProcÚs-verbaux de délibération
(Page 97)
Depuis votre derniĂšre session, huit  nouveaux chemins ont  Ă©tĂ©  classĂ©s parmi les chemins d’intĂ©rĂȘt commun, dont  le  chemin n°34  de  Toulon au  Revest par  le pont  des  Dardennes, d’une longueur de 7355  mĂštres.
 
(Page 120)
Chemin n°34, de  Toulon au  Revest par  le  pont   des   Dardennes. Longueur : 7355  mĂštres. Chemin classĂ© le 24 janvier de l’annĂ©e courante ; rien  de fait  par consĂ©quent jusqu’à ce jour.
 
1867  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var
ProcÚs-verbaux de délibération
(Page 146)
Chemin n°34  de  Toulon au  Revest par  le pont  de  Dardennes – longueur 6780 mĂštres
Ce  chemin, classĂ© Ă  la  date  du  24  janvier 1866, n’a  pu  ĂȘtre  commencĂ© qu’au moyen des  ressources de l’annĂ©e courante, dont  il sera  rendu compte en 1868. Le chemin n°34  a Ă©tĂ© Ă©galement compris dans  le travail gĂ©nĂ©ral concernant les nouveaux chemins Ă  classer de grande communication.
 
1869  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var
ProcÚs-verbaux de délibération
(Page 19)
Grosses réparations
Ligne n°46. Abords du pont  de Dardennes : 570  mĂštres
 
(Page 89)
Ligne n°46  de Toulon Ă  la Valette par  le Revest : longueur 14546 mĂštres
Le  Conseil municipal du  Revest, dĂ©sirant ĂȘtre  fixĂ©  sur  le chiffre de  la  dĂ©pense que  la  commune aura  Ă   supporter au  sujet  des  terrains qu’elle a  Ă   acquĂ©rir pour   l’ouverture de  la  partie de  la  ligne   n°46, se  limitant entre le  pont   de Dardennes  et  le  village, a  demandĂ© que  des  Ă©tudes fussent faites sur  cette partie.
 
1869  Bulletin de l’AcadĂ©mie du Var  n°34
La montagne du Faron : son  passĂ©, son  avenir par  L. Turrel
(Page 507)
Lorsqu’on arrive Ă  Toulon du  cĂŽtĂ©  de l’ouest, on  embrasse d’un  coup  d’Ɠil, la physionomie  contrastĂ©e  des   deux   versants  nord   et  sud   de  la  montagne  du Faron, qui  orientĂ©e de  l’ouest Ă  l’est,  prĂ©sente Ă  l’observateur la  ligne  Ă©troite de  dĂ©marcation, limitant l’ouverture de  la  vallĂ©e de  Dardennes, oĂč  s’élĂšve la tour  Saint-Antoine.
Le  versant  nord   ou   cĂŽtĂ©   de  l’hubac,  qui   regarde  la  vallĂ©e  de   Dardennes, dessine une  courbe rĂ©guliĂšre, verdoyante 

 
(Page 527)
A  partir de  l’ouest, c’est-Ă -dire du  dĂ©bouchĂ© de  la  vallĂ©e de  Dardennes, le versant sud  de la montagne du Faron comprend sept  quartiers ou ravins 

 
(Page 529)
Les  bois  d’Evenos, devenus la  propriĂ©tĂ© des  hĂ©ritiers des  seigneurs d’Evenos, exploitĂ©s  sans   merci,  tendent  Ă   disparaitre  et  Ă   stĂ©riliser  comme   l’était  le Faron, la chaĂźne de montagnes qui se dĂ©veloppent Ă  l’ouest de la vallĂ©e de Dardennes.
 
1870  Histoire des  guerres de religion par  Gustave Lambert
(Tome second – Page  410)
1595, Belloc n’avait pas  assez de  troupes pour  faire  un  siĂšge en  rĂšgle de  la place ;   il   se   contenta  de   dĂ©vaster  la   campagne, « faisant  passer  par   les coignĂ©es et les  flammes ces  grands et fructueux oliviers de  Tholon qui  sont  de forme gigantale et vont  de pair  avec  les  plus hauts chesnes, mettans le feu  aux bastides,  et  ce   qui   sentoit  sa   fureur  plus   que   scythique,  espouvantant  les habitants par  mille   estranges cruautĂ©s. »  Dans la  vallĂ©e de  Dardennes, qui s’ouvre sur Toulon, les Ă©pernonniens firent le seigneur du lieu  prisonnier, le brutalisĂšrent, malgrĂ© ses  soixante-dix ans,  et  ne  consentirent Ă  le  rendre Ă  la libertĂ© que  lorsque sa famille eut payĂ©  dix mille  livres.
 
1871  Bulletin de la SociĂ©tĂ© AcadĂ©mique du Var  – Tome 4
Notice sur les cours d’eau du Var  par  M. le Chanoine Magloire Giraud
(Page 359)
La  Foux, source qui  prend naissance sur  le territoire du  Revest et alimente les fontaines de Toulon, mentionnĂ©e en 1604  (arch. Comm. De Toulon, invent. Des docum. Ant.  A  1790, page  98,  99,  127,  256). Le  ruisseau de  la  Foux reçoit le Ragage et le Cierge.
 
(Page 373)
Le Valdas, ruisseau qui prend sa source sur le territoire du Revest, et coule sur celui  de Toulon.
 
1872  Journal du Palais de Paris
Cour  de cassation
(Page 524)
Ville  de Toulon et Commune du Revest contre la compagnie du Ragas
Un  jugement du  tribunal de Toulon, en  date  du  1er   juillet 1869, avait  statuĂ© en ces termes, qui font suffisamment       connaitre les circonstances  de    la cause : « Attendu que  la  commune de  Toulon est  propriĂ©taire depuis plusieurs siĂšcles de  la  source de  la  Foux, servant d’abord Ă  mettre en  mouvement , sur son  parcours, dans  la  vallĂ©e de  Dardennes, de  nombreuses usines, Ă   arroser les terres riveraines du BĂ©al  

 
1872  Jurisprudence gĂ©nĂ©rale de lĂ©gislation
Ville   de  Toulon et  commune du  Revest contre compagnie d’exploitation du
Ragas
(Page 350)
Le  26  juin  1855, le  sieur  Morelle a achetĂ© du  sieur  Teisseire une  partie de  la propriĂ©tĂ© que  celui-ci possĂ©dait sur  le territoire de la commune du Revest.
La parcelle acquise renfermait une  grande excavation naturelle connue sous  le nom  de Ragas.

/

Le sieur  Morelle voulant prendre les  eaux  qui  se trouvaient au  fond  du  Ragas, devenu sa  propriĂ©tĂ©, et  les  amener Ă  l’air  libre, a successivement achetĂ©, par lui ou  des  tiers  qui  se sont  associĂ©s Ă  son  entreprise, Ă  titre  de propriĂ©tĂ© ou de servitude, les terres sous  lesquelles devait passer le tunnel ou  canal souterrain projetĂ©.

/

Les   travaux  ont   Ă©tĂ©   poursuivis  pendant  plusieurs  annĂ©es,  et  c’est   en  1886 seulement que,  le Ragas Ă©tant  perforĂ©, l’eau est arrivĂ© Ă  l’air  libre.
La  commune de  Toulon a  soutenu que  cette   entreprise portait atteinte Ă   ses droits. Elle  est depuis plusieurs siĂšcles propriĂ©taire de diverses sources situĂ©es vers  le nord-ouest de son  enceinte. L’une des  plus  importante s est  celle  dite  de la Foux, situĂ©e dans  la vallĂ©e de Dardennes, commune du Revest.

/

Le  tribunal de  Toulon a statuĂ©, Ă  la  date  du  1er   juillet 1869, par  un  jugement ainsi   conçu : « Attendu  que   la  commune  de  Toulon  est  propriĂ©taire  depuis plusieurs  siĂšcles  de   la   source  dite   la   Foux,  servant  d’abord  Ă   mettre  en mouvement sur  son  parcours, dans   la  vallĂ©e de  Dardennes, de  nombreuses usines, Ă  arroser les terres riveraines du BĂ©al  

 
1873  AcadĂ©mie du Var  – Les  consuls de Toulon par  Gustave Lambert
(Pages 150  et 151)
Le  24  mars  [1611] ils  se  rĂ©unirent dans  une  salle  particuliĂšre pour  dĂ©libĂ©rer.
Le  procĂšs-verbal porte que  : « Ayant appris que  des  conseillers s’assemblent clandestinement  Ă   la  commune,  avec   l’assistance  du   sieur   d’Evenos  et  de quelques-uns de  ses  parents, en  tout   vingt-six personnes, sans   que  les  deux autres  consuls,  Estienne  Marin  et  Balthazar  Vias,  en   soient  prĂ©venus,  un conseil composĂ© des conseillers en charge, d’anciens consuls et d’un  certain nombre de notables, s’est  assemblĂ© et a dĂ©putĂ© le consul Vias  et Louis Thomas de Val  Dardennes pour  se rendre auprĂšs du Roy,  
 »
 
1875  Grand dictionnaire universel du XIXĂšme siĂšcle par  Pierre Larousse
(Tome 13 – Page  1108)
Revest (Le) : Village et  comm. De  France (Var), cant., arrond. Et  Ă   8  kilom. De  Toulon, Ă  78  kilom. De  Draguignan , sur  une  colline ; 750  hab.  A  cĂŽtĂ©  du village s’élĂšve une  tour  carrĂ©e qui  fut,  dit-on, construite par  les  Romains. Les environs de  Revest offrent de  nombreuses curiositĂ©s et  plusieurs sites pittoresques.  Nous  nous    bornerons  Ă    signaler :   la   charmante  vallĂ©e  de Dardennes, bordĂ©e de  roches escarpĂ©es et  renfermant de  j olies   cascatelles, des  ponts rustiques, des  aiguilles de  roches, etc.  ;  le  chĂąteau de  Dardennes, entourĂ© d’un  gracieux jardin ; le gouffre du Ragage, oĂč l’eau est d’ordinaire Ă  66   mĂštres  de   profondeur ;  l’ancien  chĂąteau  de   Tourris ;  la   montagne  du Coudon, d’oĂč  l’on  dĂ©couvre une  vue  admirable, etc.
 
1875  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var
ProcÚs-verbaux de délibération
(Page L)
46  Route Toulon Ă  la Garde – Projet entre le 4Ăšme moulin et le Revest, terminĂ© en  partie  dans   cette   derniĂšre  commune.  On   attend  l’expropriation  dans   le territoire de Toulon (B.1875) 29,400 fr. Nous demandons (B.1876) 5,000 fr.
On   Ă©tudie  la   partie  comprise  entre  la   chapelle  St -Pierre  et   le   pont    de Dardennes ; les terrains ne seront probablement pas  libres avant 1877.
 
1877  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var
ProcÚs-verbaux de délibération
Par  dĂ©libĂ©ration du 26 aoĂ»t  1872, vous  avez  dĂ©clarĂ© d’utilitĂ© publique la construction du chemin de grande communication n°46, de Toulon Ă  la Garde, par  le  Revest et  la  Valette. A  la  suite  d’une rĂ©clamation formulĂ©e par  divers habitants de  la  vallĂ©e des  Dardennes et  du  Revest, MM.   Les  ingĂ©nieurs ont dressĂ© et  prĂ©sentĂ©, sous  la  date  des  24-27 fĂ©vrier 1877, un  avant-projet ayant pour   objet   une  modification de  tracĂ© dans   la  partie du  dit  chemin comprise entre le 6Ăšme moulin et le pont  des  Dardennes.
 
1879  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var
ProcÚs-verbaux de délibération
(Page 129)
Dans votre sĂ©ance du  9 janvier 1878, vous  avez  dĂ©clarĂ© l’utilitĂ© publique des travaux de  construction du  chemin de  grande communication n°  46,  dans  la partie comprise entre le 6Ăšme  moulin et le pont  de  Dardennes, sur  le territoire de Toulon.
MM.  Flamenq et Coulombeau, administrateurs copropriĂ©taires des  moulins et usines de la vallĂ©e de Dardennes, ont  sollicitĂ© la modification du tracĂ© et 
 (Page 239)
M.  Blache combat les  conclusions du  rapport. Il expose que  la  route est  d’une utilitĂ© incontestable, puisqu’elle doit  faire  communiquer les  deux  parties de la vallĂ©e de Dardennes qui  renferme un grand nombre d’usines et de mo ulins.
 
1879-1880 Les  droits seigneuriaux en Provence par  Henri GrĂ©goire
AcadĂ©mie du Var  – Bulletin Tome 9
(Page 68)
Sans  aller  bien  loin  de nous  et sans  trop  remonter en arriĂšre, la ville  de Toulon avait  achetĂ© en  1640  la  seigneurie de  Dardennes et,  comme le fait  remarquer M.  O.  Teissier, les  consuls de  Toulon n’étaient pas  peu  fiers  de  leur  titre  de seigneurs hauts justiciers de  la  Valdardennes, titre   dont   ils  ne  nĂ©gligeaient jamais de se parer.
 
1882  Bulletin de l’AcadĂ©mie du Var
Allocution de M. N. Noble, prĂ©sident de l’AcadĂ©mie du Var  (22  mars  1882) (Page 115)
Le  docteur Lambert dĂ©couvre une  ville  antique dans  la  vallĂ©e de  Dardennes,


 
1882  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var
ProcÚs-verbaux de délibération
(Page CLIII)
Budget rectificatif de 1882
Construction du pont  de Dardennes et rectification des  abords
CrĂ©dits dĂ©jĂ   allouĂ©s : 2000  francs Augmentations proposĂ©es : 1567  francs CrĂ©dits dĂ©finitifs : 3567  francs
Entreprise terminée à solder : 4700,41 francs
Construction entre le 6Ăšme moulin et le pont  de Dardennes : 24267,41 francs
 
1883  Les  eaux  de Toulon sous  le rĂ©gime du monopole
(Page 8)
De  plus,  la source pĂ©renne de  La  Foux, d’autres sources intermittentes, divers ravins aboutissant Ă   la  riviĂšre de  Dardennes  et  divers barrages dans   cette riviĂšre dĂ©versaient et ramenaient depuis des  siĂšcles dans  le canal dit  BĂ©al  des eaux  abondantes.
 
(Page 14)
De  lĂ  infĂ©rioritĂ© immĂ©diate pour  le terroir de Toulon qui,  probablement aussi, verra  disparaitre  l’eau  d’un   grand  nombre  de   puits   et  de   norias  par   les pompages constants et  puissants exercĂ©s Ă  Saint -Antoine, par  la  captation refoulement  et   la   canalisation  des   eaux   de   la   Foux  et   de   la   riviĂšre  de Dardennes.
 
(Page 16)
Les  possesseurs du Ragas, empĂȘchĂ©s jusqu’à ce jour  de s’emparer des  eaux  de la vallĂ©e haute de Dardennes, vont  pouvoir soutirer, Ă  leur  profit et sans  pĂ©rils et  risques, ces  eaux   qui,  toutes, depuis des  siĂšcles, ont  en  Ă©mergeant de  La Foux et des  sources voisines, en  coulant dans  la riviĂšre de  Dardennes et en  se rassemblant  dans   le  bĂ©al,   forme  un   bien   appartenant  Ă   l’universalitĂ©  des habitants de Toulon.
 
(Page 37)
M.  Martini  s’engageait avant tout,   conformĂ©ment au  cahier des  charges, Ă  dĂ©river  de  la  riviĂšre  de   Dardennes  (lisez  le  Ragas  ou   soit   La   Foux)  une quantitĂ© d’eau capable de  desservir les  communes de  Toulon et  de  La  Seyne sur la base  de 200  litres par  jour  et par  habitant.
 
1884  Bulletin de l’AcadĂ©mie du Var
(Tome XII  Page  IX)
Les  anciens peuples du territoire de Toulon par  G. Lambert
A sept  kilomĂštres de Toulon et Ă  une  altitude de plus  d e deux  cents mĂštres, sur une  Ă©troite plateforme resserrĂ©e Ă   l’Est   et  au  Sud  par  des  pentes rapides et abruptes,  s’élĂšve  l’humble  bourg  du   Revest  
/
  De   tous   les   points  de l’enceinte on  domine les  gorges fĂ©condes de  Dardennes, qui  descendent du Nord au  Sud,  les  dĂ©filĂ©s des  FaviĂšres, qui  courent de l’Est  Ă  l’Ouest, plus  loin la plaine de Toulon, et Ă  l’horizon la mer  immense.
 
(Page 15)
A ces  matiĂšres premiĂšres que  les  Romains avaient trouvĂ©es en  abondance sur le  territoire et  les  cĂŽtes maritimes de  Toulon, i l  faut  joindre les  eaux  que  la vallĂ©e de  Dardennes donnait en  grande quantitĂ©, et dont  la  qualitĂ© est  encore rĂ©putĂ©e excellente pour  la teinturerie.
 
(Page 15)
Les   eaux    de   Dardennes,  non   contenues  Ă    cette    Ă©poque,  se   rĂ©pandaient librement  dans   la   plaine  de   Castigneau  et   la   transformaient  en   un   vaste marais.
 
(Page 28)
Cette plaine placĂ©e Ă   l’ouvert de  la  vallĂ©e de  Dardennes, recevait toutes les eaux  de  sources qui  sortaient de  cette  gorge, ainsi  que  le  surplus des  eaux  de pluie  que  les hautes parois qui  la f orment dĂ©versaient dans  son  fond.
 
1884  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var
ProcÚs-verbaux de délibération
Budget primitif 1885
(Page 89)
Reconstruction du  2Ăšme  pont  de  Dardennes, chemin de  grande communication n°46.
(Page 124)
Le  chemin de  grande communication n°46, entre Toulon et le Revest, traverse la  riviĂšre  de  Dardennes  au  droit   du  2Ăšme   moulin  sur  un  pont   de  8  mĂštres d’ouverture. Ce pont  de 3m  50 de largeur entre parapets, forme avec  le chemin du  cĂŽtĂ©   de  Toulon un  angle de  120   degrĂ©s, et  du  cĂŽtĂ©   d u  Revest un  angle opposĂ© de 140  degrĂ©s.
 
(Pages CIX  et CX)-Chemins vicinaux – Chemin n°46
Reconstruction  du   pont   du   deuxiĂšme  moulin  sur   la  riviĂšre  de   Dardennes.
Dépense prévue 14000 francs.
 
1885  DĂ©libĂ©rations du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-Budget primitif de 1886 (Page 59)
Chemin de communication n°46 : pont  du 2Ăšme moulin de Dardennes. Annexes :
Consolidation pour  un total  de 2100  francs.
Construction du  pont   du  2Ăšme   moulin  sur  la  riviĂšre de  Dardennes  pour   un montant total  de 11141,80 francs.
 
1886   Histoire de  Toulon par  Gustave Lambert-AcadĂ©mie du  Var  –  Tome 12 (2Ăšme fascicule) – Chapitre III
(Pages 236-237)
[Avant le  18  novembre 1235],  des  contestations  s’étaient    Ă©levĂ©es entre la famille seigneuriale de  Toulon et  Guillaume, seigneur de  Signes, d’Evenos et d’Ollioules, touchant les limites des  terres de Toulon et d’Ollioules.

/

Les   deux   parties  eurent  recours  Ă    l’arbitrage  de   G.   Rostang,  Ă©vĂȘque  de Toulon.

/

Le   seigneur  Guillaume  
/
  que   les   limites  de  son   territoire  s’étendaient jusqu’à la  colline de  l’Escaillon et remontaient en  passant par  le moulin Das, jusqu’au barrage qui  Ă©tait  celui  de Corbie et le chĂąteau du Revest.
[Extrait de la charte]
« Quod territorium castri de  Oleolis tenebat usque ad  collem de  Lescaillon 
 propre viam   que  itur  ad  ecclesiam Bonafide et  ad  molendinum de  Das,   et  a dicto  directo tramite usque ad  rupen quodam que  est  inter  rupen Corbian et castrum de Revesto »
[Commentaires par  Gustave Lambert]
La  chapelle  de  Bonnefoi  est  aujourd’hui  le  chĂąteau  Saint -Antoine, dans   la vallĂ©e de  Dardennes. Le  moulin de  Das  Ă©tait  sur  Le  Las,  Das  Ă©tant   le  nom primitif de  notre riviĂšre le  Las.  J’ai  traduit le  mot  Rupem par  barrage, parce que,  en  Provence, on  appelle RĂšpe  un  barrage, naturel ou  artificiel, qui  existe sur  un  cours d’eau. On  voit  que  le seigneur d’Ollioules donnait pour  limites Ă  son  territoire le cours de la riviĂšre de  Dardennes, depuis sa source, au fond  de la vallĂ©e, jusqu’au-dessous du chĂąteau de Saint-Antoine.
 
1887  La CĂŽte  d’Azur par  StĂ©phan LiĂ©geard
(Page 22)
Sous   les   ondulations  d’une  brume  Ă©lastique,  se   profilent  vers   le  nord   les silhouettes   Ă©tagĂ©es de  diverses montagnes ;  on  y  devine aussi le  pittoresque hameau de  Tourris et la  vallĂ©e de  Dardennes, cĂ©lĂšbre par  ses  ponts rustiques, ses cascatelles et ses  moulins.
 
1887  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
(Page 44)
Chemin      de     grande       communication         n°6     –     Reconstruction         d’un     mur     de soutĂšnement Ă©croulĂ©
La  grande crue  qui  s’est  produite dans  la  riviĂšre des  Dardennes, pendant les journĂ©es des  25-26 octobre dernier, a  occasionnĂ© l’écroulement du  mur   de soutĂšnement qui  est  Ă©tabli sur  la rive  droite de la riviĂšre, le long  du chemin de grande communication n°16, de Toulon Ă  la Ciotat.
 
1887  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
Session extraordinaire de juillet 1887 (Page CXLI)
Chemins vicinaux
Reconstruction 
/
 d’un  pont  de  soutĂšnement sur  la  rive  droite de  la  riviĂšre de  Dardennes : Ă   la  suite   des  pluies exceptionnelles d’octobre et  novembre 1886, une   crue   de  la  riviĂšre  de  Dardennes  a  amenĂ©  l’écroulement  sur   20 mĂštres de longueur du mur  de soutĂšnement Ă©tabli au kilomĂštre 1.
 
1888  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
(Page CXXXIII)
Reconstruction d’un  mur  Ă  la  riviĂšre de  Dardennes. Montant du  projet : 4500 francs.
 
1888  Bulletin de l’AcadĂ©mie du Var-Tome XII Histoire de Toulon par  G. Lambert
(Page 389)
La  Pinatelle valait en ce moment huit  liards, quand sa valeur rĂ©elle n’était que de  deux  liards. L’atelier de  fabrication des  Pinatelles, Ă  Toulon, Ă©tait  au  fond de la vallĂ©e de  Dardennes, d’oĂč  le nom  de  Dardenne donnĂ© dans  notre rĂ©gion aux  piĂšces de  deux  liards. Les  dardennes n’ont Ă©tĂ©  retirĂ©es de  la  circulation que  depuis 1830  

 
1889  Bulletin de l’AcadĂ©mie du Var-Tome XV Histoire de Toulon par  G. L ambert
(Page 80)
Les  consuls y firent souvent le souper traditionnel dit des  lanternes, le jour  oĂč, aprĂšs avoir pris  possession de  leur  consulat, ils  allaient visiter dans  la  vallĂ©e de Dardennes la source des  eaux  des  fontaines de la ville.
 
1890  Dictionnaire gĂ©ographique et administratif de la France et de ses colonies par Joanne
A.-L.
(Page 3777)
Ragas.  Gouffre  et  torrent  du  dĂ©p.  du  Var.  du  bassin  cĂŽtier  du  trĂšs  petit  fleuve  de  la Dardennes 
/

Entrée [qui] domine la source ordinaire de la Dardennes.
 
(Page 3836)
Revest (Le), Var, c. de 539 h. (8572 fr de rev ; 2406 hect.), au-dessus d’un ravin qui dĂ©bouche sur la Dardennes, au S .E. de la Caume, mont boisĂ© de 790 m.

/

Carr. De pierres. -Papeterie, minoteries. Tour féodale dans le village. Magnifiques environs ; beaux rochers, cascades.- Foux (source) et gorges de la Dardennes.
 
1892  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
(Page CLXXIV)
Ligne n°46  de Toulon Ă  la Garde [en  passant par  le Revest]
Rectifications partielles entre 2k. 113  et 2k. 266  et entre 3k. 140,  3k 268. L’avant-projet des  amĂ©liorations Ă   effectuer sur  la  ligne   46  dont  les  travaux ont   Ă©tĂ©   dĂ©clarĂ©s  d’utilitĂ©  publique  par   le  Conseil  gĂ©nĂ©ral  dans   sa  session d’aoĂ»t 1892  comprenait indĂ©pendamment de la rectification de la rampe du 1ermoulin, deux  autres rectifications partielles, l’une Ă  St -Antoine entre 2k. 113  et 2k 266  devant donner lieu  Ă  une  dĂ©pense de 18000 fr ., l’autre aprĂšs le premier pont  de  Dardennes entre 3k.  140  et  3k.  268  devant occasionner une  dĂ©pense de 5000  fr.
 
1893  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
(Page 246)
Visite des  propriĂ©tĂ©s
7  aoĂ»t  1893   –  PropriĂ©tĂ©s de  M.  Gall  sur  le  territoire de  Toulon, vallĂ©e des Dardennes.
 
1894   Dictionnaire  gĂ©ographique  et   administratif  de   la   France  et   de   ses colonies par  Joanne Adolphe-Laurent
(Tome 2 – page  757)
Caume (Le) :  Petit   sommet du  dĂ©p.  du  Var,  Ă   7  k.  N.N.O. de  Toulon et  Ă   la mĂȘme  distance  N.E.   d’Ollioules,  dans   un  massif  boisĂ©  qui  s’étend  entre la Reppe Ă  l’O.  et les Dardennes Ă  l’E.
 
(Tome 2  -  page  1205)
Dardennes : Tout  petit  fleuve cĂŽtier du dĂ©p.  du Var,  naĂźt  Ă  quelques kilomĂštres au   N.  de  Toulon,  derriĂšre  le  mont   Faron  (478   m.),   d’une  foux   ou   source donnant 146  lit.  par  seconde Ă  l’étiage, « au  pied  de  rochers oĂč  croisent des myrtes et des  lauriers roses », et qui  se relĂšvent au  N.  O.  et au  N.  en  monts de prĂšs  de 800  m. (Caoume, 796  m. ; Grand-Cap, 783  m.)  : lĂ  mĂȘme dĂ©bouche la gorge amenant les  eaux   du  Ragas ;  celui-ci sort   d’un   abĂźme Ă   pic  dans   la montagne non  pas  en  tout  temps : en  saison sĂšche l’eau dort  dans  le gouffre Ă 
60 ou 70 m. au-dessous de l’orifice de l’abĂźme ; mais, aprĂšs les longues pluies, elle  s’enfle, monte Ă   la  gueule du  Trou   du  Ragas, « apportant avec   elle  des blocs effroyables de  rochers, et  se  prĂ©cipite  dans  un  lit  hĂ©rissĂ© de  blocs » qui mĂšne Ă  la foux  de Dardennes.
La Dardennes, passant en gorge entre le Faron Ă  l’E.,  et les monts d’Evenos Ă  l’O.,  se sĂ©pare en deux  bras : l’un  tombe dans  la baie  de la Seyne, l’autre dans la Petite rade  de Toulon.
 
(Tome 3 - page  182)
Faron : Le Faron est une  masse calcaire qui  domine au N. la ville,  le port  et la rade   de   Toulon.  Elle   est   circonscrite  Ă    l’O.   et   au   N.   par   la   vallĂ©e  de Dardennes  qui   la   sĂ©pare  des   hauteurs  boisĂ©es  
/
  Enfin  la   vallĂ©e  de Dardennes est  parcourue en  partie par  un  ch.  de fer  reliĂ©  Ă  la grande ligne  et uniquement  destinĂ© Ă   porter les  poudres et  les  projectiles  nĂ©cessaires  Ă   la dĂ©fense. Des  magasins blindĂ©s s’échelonnent sur  son  parcours.
 
(Tome 7 – page  5100)
Du  golf  de la Ciotat, oĂč se rencontrent les  territoires des  Bouches-du-RhĂŽne et du  Var  et des  Alpes-Maritimes, jusqu’à la  borne de  ceux  du  Var  et des  Alpes - Maritimes, se suivent le long  de la  cĂŽte,  vraiment admirable, les  embouchures de la RĂšpe  de Bandol, de la RĂšpe  d’Ollioules, de la Dardennes, de l’Eigoutier, du  Gapeau, de  la  Maravenne, de  la  Mole, du  PrĂ©coniou, de  la  Garonnette, de l’Argens.
 
(Tome 7 – page  5101)
La  « Dardennes »  n’a   pas   une   origine  vulgaire :  elle   sourt  d’une  fontaine donnant 146  lit.  par  seconde, au  pied   de  monts crĂ© tacĂ©s de  prĂšs   de  800m., partie boisĂ©e, partie nue,  d’oĂč  sautent en temps d’orage, des  cascades. La foux ou  source  de  Dardennes  est  le  dĂ©versoir  pĂ©renne  du  rĂ©seau  souterrain  de cavernes  dont   le  Trou   de   Ragas  est,   Ă   600   m.   de   distance,  Ă   un   niveau supĂ©rieur de  40  m.,  le dĂ©gorgeoir occasionnel, Ă  la  suite  des  fortes pluies ; ce trou  est  un  puits  naturel de  60  Ă  70  m.  de  prof., un  aven  oĂč  l’eau dormant au fond  du gouffre s’est  Ă©levĂ©e maintes fois,  aprĂšs des  pluies en dĂ©luge, jusqu’à la gueule mĂȘme de l’abĂźme pour  en descendre en torrent furieux vers  la source de la  Dardennes. C’est Ă  la riviĂ©rette cryptique qui  a pour  double issue  le Ragas et  la  foux   de  Dardennes  que  Toulon puise ses  eaux   Ă   boire par  un  tunnel horizontal. La  Dardennes, longue de  12k.,  aboutit en  deux  bras  dans  la  Petite rade  de  Toulon, Ă   Toulon et  Ă   la  Seyne ;  son  bassin couvre 5126   hect., son volume normal est  de  200  lit.,  son  Ă©tiage de  150,  et ses  crues, Ă©normes, de  55 m. cubes.
 
1895  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
(Page CXXXIII)
Chemins vicinaux
Rectifications  partielles  
/
  l’une Ă   St-Antoine,  entre  2k.  113   et  2k.  266, devant donner lieu  Ă  une  dĂ©pense de 18.000 fr.  ; l’autre, aprĂšs le premier pont de  Dardennes, entre 3k.  140  et  3k.  268,  devant occasionner  une  dĂ©pense de 5000  fr.
 
1896  Les  Thomas par  de Boisgelin
(Page 92)
François Thomas, sgr  de  Valdardenne 
/
 vendit, le 26  mai  1640, Ă  la  ville de Toulon, les moulins de Valdardenne.
(Page 125)
Aujourd’hui l’orthographe la plus  usitĂ©  paraĂźt ĂȘtre  Valdardennes. Pourtant les cartes officielles portent en gĂ©nĂ©ral seulement Dardennes.
 
1897  L’écho de la Gendarmerie Nationale-N° 870  – 2 mai  1897 (Pages 336  et 337)
Le drame de Toulon – le 25 avril  1897
Ce  soir,  Ă  4 heures, la gendarmerie a arrĂȘtĂ©, place de l’Eglise,  Ă  Pont-du-Las, le  frĂšre   de  l’assassin du  docteur Barnier, ainsi   qu’un de  ses  parents nommĂ© Gioli.

/

La  gendarmerie, depuis le  jour  du  crime, se  livrait aux  recherches les  plus actives pour  dĂ©couvrir la retraite du criminel.

/

Vers   2  heures du  matin, [les  gendarmes] en  embuscade devant la  route de Dardennes, au-dessus d’un  poste de  l’octroi de  Toulon, virent venir Ă  eux  un individu 

[L’arrestation fut violente et Cesarini conduit en prison.]
 
1897  Archives commerciales de la France-N° 45 – 21Ăšme annĂ©e
(Page 700)
RĂ©partition de dividende Revest Joseph-Gabriel
Ex nĂ©gociant Ă  Toulon – Quartier des  Dardennes.
 
1897  Bulletin de l’AcadĂ©mie du Var-ArchĂ©ologie du Var  par  Remy Vidal
(Page 98)
E.  Garcin, en  1835  (Dict. hist.  De  la  Provence, T.  I,  p.  180), affirme que  les Commoni qui occupaient les environs de Toulon avaient leur  mallus sur la montagne du Revest, Ă  quelques minutes de la belle  source de la Foux, loin  des bords de la mer,  oĂč de vastes marais pestilentiels rendaient l’air  insalubre.
 
1898   Dictionnaire Ă©tymologique du Patois lyonnais
(Pages 112-113)
DARDENNA (se prononce dardĂšna).
PiĂšce de deux  liards. Vieilli. C’était une  monnaie provençale « Vient de ce que cette  monnoie Ă©tait  fabriquĂ©e au  chĂąteau de  Dardennes, prĂšs  de  Toulon, qui  a servi  tour  Ă   tour  Ă   fabriquer des  poudres de  guerre et  de  petites monnoies » (sources : SoirĂ©es provençales, 2Ăšme Ă©dition T.2,  page  80)
Mistral cite  un  message de  1710  : « On  a commencĂ© Ă  payer les  soldats et les officiers  avec   les   piĂšces  de   deux   liards  qu’on  fabriq ue  Ă   Dardennes. »  Il ajoute,  selon  d’autres,  la   dardĂšno  tirait    son   nom    d’un    gentilhomme  de Marseille, appelĂ© M. d’Ardennes, sous  la direction duquel cette  monnaie fut frappĂ©e.
M.  Moutier dit au contraire que  « Lambert Dardenne, ouvrier Ă  la monnaie de
Romans  en  1355, a  laissĂ©  son   nom   Ă   cette   piĂšce. »  Cette  derniĂšre  origine semble  beaucoup  moins  probable  que   les   prĂ©cĂ©dentes,  et   surtout  que   la premiĂšre.
 
1900  ( ?) Dictionnaire National des  contemporains
(Tome cinquiĂšme- page  353)
MICHEL François-Emile : peintre, critique d’art, membre de  l’Institut a peint, en 1905, « Le Pont  de Dardennes – Var  »
 
? Le Littoral du Var,  Ă©ditĂ©  par  le syndicat d’initiative de Toulon
(Page 15)
7°  - VallĂ©e de  Dardennes (omnibus). Monter au  gouffre du  Ragas. Au  retour, visiter la grotte et le souterrain de la Baume, rive  droite du Las.  A pied : 7 kil.
8°  - Ascension du  Coudon (706  m).  Tram. De  la  Valette, route militaire ou  Ă  travers  bois :  2h   Âœ  Ă   pied.   EntrĂ©e  du   fort   interdite.  Vue   splendide  sur   le littoral,  jusqu’à  Nice   et  la   Corse  par   temps  clair.  Retour  par   le   col   des FaviĂšres et la vallĂ©e de Dardennes (omnibus).
9°   -   Le   Revest  (omnibus).  TrĂšs    ancien  village,  dominant  la   vallĂ©e  de
Dardennes.  Retour  par   les   Pomets  et  prendre  le  tramway  des   Routes  au terminus. A pied : 6 kil.
 
1900  La spĂ©lĂ©ologie ou sciences des  cavernes par  E. -A.  Martel
(Pages 110-111)
En  pĂ©nĂ©trant dans  les  trop-pleins de sources, on peut  parvenir Ă  la dĂ©couverte et  Ă   la  mise   en  valeur  de  leurs   rĂ©servoirs  inutilisĂ©s,  et  cela   au  moyen  de travaux  appropriĂ©s.  Cela   s’est   dĂ©jĂ    rĂ©alisĂ©  pour   une   source  qui   alimente Poitiers, pour  celle  de Dardenne (gouffre du Ragas), Ă  Toulon.
 
1905  Bulletin de l’AcadĂ©mie du Var
(Page 218)
Ouvrage  offert  Ă   l’AcadĂ©mie : La   vallĂ©e  de   Dardennes  et  le   hameau  des Pomets par  A. Paul  et Mongin.
 
1907  Journal militaire – 118Ăšme annĂ©e – MinistĂšre des  postes et tĂ©lĂ©graphes
Facteurs locaux et  ruraux
(Page 269)
Rampin ex cavalier du 1er  rĂ©giment de Hussards Ă  Toulon, quartier des  Dardennes.
 
1907  Bulletin de l’AcadĂ©mie du Var
Toulon et son  rĂšgne municipal au moyen-Ăąge par  Gaston Perrette
(Page 80)
C’est  au  milieu  de  ces   cruelles  vicissitudes  que   Toulon  vĂ©cut  les  premiers siĂšcles  de  son   histoire.  La   ville   avait   Ă©tĂ©   fondĂ©e  par   les   Romains  dĂšs   les premiers temps de  la  conquĂȘte, ils  y  avaient Ă©tabli un e  teinturerie pour   les Ă©toffes de  pourpre Ă  reflets violets et  pour  les  Ă©toffes brunes. Cette teinturerie Ă©tait  situĂ©e sur  l’emplacement de  Saint -Roch, et  les  eaux  vives  de  Dardennes avaient Ă  donner du  mordant aux  teintures dont  les  matiĂšres premiĂšres Ă©ta ient pour  la pourpre le colorant naturel du murex trunculus, sorte  de coquillage vulgairement appelĂ© « biou  »  ou  « viourĂ© »et  que  l’on   trouve en  abondance dans  la rade  de Toulon.
1907  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
(Page 422)
M. Blanc Pierre, rapporteur
Projet d’établissement d’un  tramway de Toulon aux  Dardennes.
 
(Page 450)
Les  tramways de Dardennes
M. Escartefigues  appelle  l’attention  et  la  bienveillance  de  l’administration prĂ©fectorale  sur   l’extrĂȘme  urgence  qui    s’at tache  Ă    la   construction  des tramways de Dardennes.
 
1909  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
La  Compagnie GĂ©nĂ©rale des  Eaux a prĂ©sentĂ© le  19  fĂ©vrier 1908  en  vue  de  la dĂ©claration d’utilitĂ© publique, un avant -projet d’établissement d’un  barrage en maçonnerie dans  la  haute vallĂ©e de  Dardennes pour  complĂ©ter l’alimentation en eau  potable de la ville  de Toulon pendant la pĂ©riode sĂšche.
Les   dispositions  gĂ©nĂ©rales  de   cet   avant-projet  paraissent  bien   Ă©tudiĂ©es  et largement calculĂ©es et leur  rĂ©alisation ne  devant pas  modifier sensiblement le rĂ©gime des  eaux  de la vallĂ©e de Dardennes.
 
1909 Etablissement d’un barrage dans la VallĂ©e de Dardennes par le prĂ©fet du Var
Vu la pĂ©tition en date du 4 mars 1909, par laquelle M. Bernier, Chef d’exploitation de la Compagnie GĂ©nĂ©rale des Eaux sollicite l’autorisation d’établir un barrage dans la vallĂ©e de Dardennes, un barrage pour amĂ©liorer l’alimentation de Toulon en eau potable 

 
1909 Projet de rĂšglement d’eau par le prĂ©fet du Var  (P.J.)
DĂ©partement du Var-Commune du Revest-RiviĂšre de Dardennes-
 
1910  Le Capitaliste
33Ăšme annĂ©e – n° 89 (Page 651)
A Toulon, les  travaux du  barrage de  Dardennes sont  entrĂ©s dans  une  pĂ©riode active.
 
1911  Revue gĂ©nĂ©rale des Sciences
(Tome 22Ăšme)
M. Vidal Ă©tudie la question de l'alimentation en eau potable de la ville de Toulon, et montre que les eaux de la source du Ragas, celles du rĂ©servoir de Dardennes et de la source Saint- Antoine devraient ĂȘtre sĂ©parĂ©es, les premiĂšres servant Ă  l'alimentation, les secondes Ă  l'arrosage des rues.
 
1911  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
(Page 115)
Commune du Revest – DĂ©viation de chemins ruraux
Par  une  dĂ©libĂ©ration du 23 juin  1910, la Commission dĂ©partementale du Var  a autorisĂ© la  Compagnie gĂ©nĂ©rale des  eaux  de  Toulon Ă  dĂ©vier divers chemins ruraux de la commune du  Revest, comme consĂ©quence de la construction d’un barrage dans  la vallĂ©e des  Dardennes.
 
(Page 318)
Nous rappelons pour  mĂ©moire que  cet  Ă©largissement prĂ©sente un intĂ©rĂȘt considĂ©rable,  parce  qu’il   est   indispensable  pour   permettre  l’établissement d’un    tramway  dans    la   vallĂ©e  des    Dardennes,  tramway   rĂ©clamĂ©   depuis longtemps par  la population de Toulon et du Revest.
 
1912  DĂ©libĂ©ration du Conseil gĂ©nĂ©ral du Var-ProcĂšs-verbaux de dĂ©libĂ©ration
(Page CLXX)
Etablissement d’un  barrage en maçonnerie dans  la haute vallĂ©e de  Dardennes Un dĂ©cret du 2 fĂ©vrier 1909  a dĂ©clarĂ© d’utilitĂ© publique l’établissement d’un barrage dans  la haute vallĂ©e de Dardennes.
HygiĂšne publique
De  toute  façon, les  soussignĂ©s estiment que  les  seules eaux  souillĂ©es, celles du Las  et  de  la  RiviĂšre-Neuve, nĂ©es  l’une et  l’autre du  ruisseau de  Dardennes, sont    souillĂ©es   d’une   maniĂšre   transitoire    et    sans    doute   peu    virulente, puisqu’aucun cas  ne  s’est  produit Ă  terre  ni  dans  la  vallĂ©e de  Dardennes, ni dans  la commune de Toulon.
Pour  toutes ces  raisons les  soussignĂ©s estiment que  la  pollution transitoire du Las  et  de  la  RiviĂšre de  Dardennes n’est  pas  de  nature Ă  inspirer de  grandes prĂ©occupations.
 
1923  Etudes sur la vĂ©gĂ©tation des  vallĂ©es en Provence par  ArĂšnes J. (Page 107)
Une Ă©tude comparĂ©e et faite avec beaucoup de mĂ©thode de la flore des 3 vallĂ©es toulonnaises de l’Eygoutier, de la Dardennes et de la Reppe d’Ollioules.
 
1930   La  rĂ©volte de  Messine –  L’expĂ©dition de  Sicile (1674-1678) par  Emile
Laloy (Tome II, page   538)
1676 [Objet : le manque de poudre et sa qualitĂ© dans les deux flottes] Le 20 mai 1676, Arnoul prĂ©senta la situation comme aussi bonne que possible : « J’ai remĂ©diĂ©, Ă©crivit-il, autant que j’ai pu au dĂ©faut de la poudre, et on ne peut pas s’en plaindre. PrĂ©sentement, j’ai envoyĂ© le Sr Du Clos au moulin qui est Ă  Dardennes, lequel a eu soin de faire Ă©pousseter et resĂ©cher toute celle qui y Ă©tait, en sorte que je n’en ai point donnĂ© aux vaisseaux qui n’aille au moins Ă  7 ou 8 degrĂ©s. »
 
1934 Recueil des arrĂȘts du Conseil d’Etat-Travaux publics – OpĂ©ration de captage des eaux
(Page 645)
Compagnie générale des Eaux contre consorts Bourgarel
Le dommage allĂ©guĂ© par les intĂ©ressĂ©s et sur  lequel doit porter l’expertise, rĂ©sulterait de ce que la construction du barrage aurait entraĂźnĂ© une diminution de dĂ©bit, non seulement de la source de la Foux, mais encore du bĂ©al de Dardennes, sur les eaux duquel les consorts Bourgarel avaient Ă©galement des droits non-contestĂ©s.
 
1954 Revue d’histoire moderne et contemporaine
(Page 180)
La mĂ©tallurgie ne tenait qu’une place rĂ©duite dans les rĂ©gions mĂ©diterranĂ©ennes. Certes, on trouvait un peu partout des artisans capables de travailler le fer. Les forges de l’arsenal de Toulon et leur annexe sur le Dardennes continuaient, comme au temps oĂč la marine quittait la rade, Ă  fournir les piĂšces mĂ©talliques nĂ©cessaires aux bĂątiments 

 
1957 Situation actuelle du problĂšme de l'eau dans les collines de Provence par J. Nicod
(Page 26)
La pĂ©nurie la plus complĂšte marquait cette ville [Toulon] en croissance rapide. Une premiĂšre solution  consista  dans  l'accumulation  des  eaux  de  la  Foux  de  Dardennes,  principale exsurgence  des  massifs  nord-toulonnais,  Ă   l'intĂ©rieur  d'un  barrage  rĂ©servoir  et,  sous  la direction du spĂ©lĂ©ologue E. A. Martel, dans la protection des points de contamination comme le Ragas, Ă©missaire temporaire situĂ© en amont.
 
2008 Le Las : une riviĂšre dans la ville
SynthĂšse sur l’environnement aquatique du Las et de la vallĂ©e de Dardennes
 
Et selon l’extrait du plan  cadastral de Toulon (1827) oĂč le nom  RiviĂšre de Dardennes est Ă©crit, de la RiviĂšre Neuve aux  limites communales avec  Le Revest.
La partie Ă©crite du Las  a Ă©tĂ© condamnĂ©e sur ce plan  par  la digue construite par Vauban entre  1679  et 1701  lors  de l’agrandissement de l’Arsenal de Toulon. 
 
2013   Les   conclusions que   nous tirons de  ce  recueil sincĂšre sont Ă©videntes :   ce   fleuve  cĂŽtier  et   cette  vallĂ©e  portent le nom de DARDENNES.

Source : Société des Amis du Vieux Revest et du Val d'ArdÚne


Index |Info | Permalien
PDF-Imprimer-Mail